RPT-Wall Street ouvre en léger recul

mardi 17 février 2015 15h48
 

(Répétition du titre)
    * Pour les valeurs à suivre, cliquez sur 

    NEW YORK, 17 février (Reuters) - La Bourse de New York
débute sur une note stable mardi, au lendemain du long week-end
du President's Day, dans un marché qui reste suspendu aux
difficiles négociations sur la dette grecque et aux conditions
du fragile cessez-le-feu en Ukraine. 
    Wall Street a affiché la semaine dernière sa deuxième
semaine de hausse d'affilée -- l'indice S&P 500 ayant touché un
nouveau record historique et le Dow Jones son pic de l'année
vendredi en séance -- portée par l'espoir d'un accord sur la
Grèce et face à l'apaisement des tensions en Ukraine.
    Mais l'avenir paraît aujourd'hui nettement plus incertain
sur ces deux dossiers, alors même que les cours du pétrole
marquent le pas après un rally de plus de 7% en deux jours.
    L'indice Dow Jones perd 0,17% à 17.988,37 points dans
les premiers échanges. Le Standard & Poor's 500, plus
large, cède 0,21% à 2.092,68 points et le Nasdaq Composite
 0,19% à 4.884,62 points.    
    En Europe, les partenaires de la Grèce ont accentué mardi la
pression sur le gouvernement d'Alexis Tsipras en affirmant d'une
même voix qu'il était de sa seule responsabilité d'éviter une
crise en acceptant une prolongation du plan d'aide financière à
son pays. 
    En Ukraine, malgré l'accord signé jeudi, les séparatistes
pro-russes ont bombardé mardi les troupes ukrainiennes
retranchées dans la petite ville de Debaltseve et la perspective
d'un retrait des armes lourdes des belligérants sur la ligne de
front s'éloignait dans l'est de l'Ukraine. 
    Aux valeurs, Medtronic gagne 2,4% après avoir
annoncé une hausse de 28% de son bénéfice trimestriel, grâce
surtout à ses ventes dans les segment cardiaques et vasculaires.
    Goodyear Tire & Rubber prend 4,7% après une baisse de
9% de son chiffre d'affaires en raison d'une baisse de ses
livraisons de pneus de remplacement en Europe. 
    Intercontinental Hotels cède 4,6% dans le sillage de
son recul à Londres, attribué à une valorisation élevée, malgré
un bénéfice en hausse de 10% en 2014, porté par les Etats-Unis. 
  
    Les résultats trimestriels ont soutenu la tendance depuis le
début de la saison. Sur les 391 sociétés du S&P 500 ayant publié
jusqu'à présent, environ 71,1% d'entre elles ont fait mieux que
prévu au niveau de leurs résultats, selon les données de Thomson
Reuters data, et 57,5% au niveau du chiffre d'affaires.

 (Ryan Vlastelica, Juliette Rouillon pour le service français,
édité par Wilfrid Exbrayat)