Thomas Cook recule en Bourse, conditions difficiles en Europe

mercredi 11 février 2015 10h49
 

LONDRES, 11 février (Reuters) - Le titre Thomas Cook reculait de quelque de 5% mercredi matin à la Bourse de Londres après que le plus ancien voyagiste en activité a dit qu'il continuait d'être confronté à des conditions difficile en Europe continentale.

Cela n'a pourtant pas empêché le groupe britannique d'enregistrer une perte moins importante que prévu au cours du premier trimestre de son exercice 2014-2015 ni de réaffirmer qu'il serait en croissance sur l'ensemble de l'année.

Vers 9h45 GMT, l'action Thomas Cook perdait 4,96% à 126,6 pence, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600, alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées au voyage et au transport aérien était inchangé (+0,01%).

Thomas Cook a précisé que la perte sur les trois derniers mois de 2014 avait été ramenée à 73 millions de livres (99 millions d'euros), soit une réduction de 42% par rapport au premier trimestre 2013-2014, à la faveur de l'effet des mesures de réduction des coûts et d'une bonne tenue de son marché domestique.

Les réservations des vacances d'été se déroulent conformément aux attentes du groupe, a ajouté Thomas Cook, précisant que l'activité était soutenue en Grande-Bretagne, mais plus difficile en Europe continentale, avec notamment une tendance des Allemands à réserver plus tard.

Thomas Cook, en pleine phase de restructuration, avait dit en novembre que sa croissance serait plus modérée au cours de l'exercice en cours. Ce mois-là, le groupe avait pris de court les investisseurs avec l'annonce surprise de la démission de sa directrice générale, considérée comme l'architecte du redressement du groupe.

"Même si les conditions d'activité restent difficiles, notamment en Europe continentale et en Europe du Nord, nous prévoyons néanmoins une croissance pour l'ensemble de l'exercice 2014-2015 (...)", souligne le groupe dans un communiqué.

Mardi, TUI Group, le géant mondial du tourisme issu de la fusion entre le britannique TUI Travel et l'allemand TUI AG, a fait état d'un bon début d'exercice et annoncé son intention de restructurer ses activités dans le transport aérien et les croisières. (Sarh Young, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)