LEAD 1-Nouveau comité interministériel en avril à Marseille-Valls

mardi 10 février 2015 16h30
 

(Actualisé avec garde à vue)

MARSEILLE, 10 février (Reuters) - Au deuxième et dernier jour d'une visite à Marseille, Manuel Valls a annoncé mardi qu'il reviendrait en avril pour la tenue d'un nouveau conseil interministériel qui devrait décider de nouveaux moyens pour la deuxième ville de France.

Le Premier ministre devrait en outre signer à cette occasion un nouveau contrat de plan Etat-région d'un montant de 1,6 milliard d'euros financé à parts égales par les deux parties.

La signature d'un nouveau contrat ville "extrêmement exigeant" est pour sa part programmé "avant l'été".

La mise en ÷uvre d'un pacte de sécurité et de cohésion sociale pour Marseille avait été annoncée en novembre 2013 par le gouvernement. Il prévoit notamment 37 millions d'euros de crédits supplémentaires alloués chaque année par l'Etat pour les quartiers difficiles de la cité phocéenne.

"C'est un plan d'ensemble que nous portons pour cette ville, dont le premier atout est sa jeunesse", a dit Manuel Valls. "Je ne veux désespérer personne, mais il faut une génération pour reconquérir les quartiers populaires de Marseille".

"L'urgence, c'est commencer à casser les ghettos urbains et la situation d'apartheid territorial qui, ici, est une réalité", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre est revenu sur les mesures qui ont permis de réduire de manière "significative" la délinquance à Marseille, un bilan déjà longuement détaillé la veille, mais aussi sur les coups de feu tirés en direction de policiers dans une cité sensible de la ville lundi peu avant son arrivée.

"Ceux qui se sont livré aux tirs, qui auraient pu tuer, qui visaient des policiers, seront appréhendés", a-t-il déclaré. "Personne ne peut avoir le moindre doute".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé la saisie de sept fusils d'assaut kalachnikov et d'une vingtaine de kilos de drogue après ces incidents.

Une personne qui occupait l'appartement où ont été retrouvées les armes a été placée en garde à vue, a-t-on précisé mardi de source policière. (Jean-François Rosnoblet, édité par Yann Le Guernigou)