La Grèce veut un nouvel accord avec les Européens, dit Tsipras

dimanche 8 février 2015 19h27
 

ATHENES, 8 février (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré dimanche que la Grèce souhaitait la conclusion d'un nouvel accord avec ses partenaires européens qui prendrait notamment la forme d'un programme relais valable jusqu'au mois de juin.

S'exprimant devant le parlement, Tsipras a estimé que la conclusion d'un tel accord pourrait intervenir dans les 15 jours malgré des négociations qu'il prévoit difficiles.

Il a souhaité que ce "New Deal" respecte les règles communautaires et qu'il constitue une solution viable afin de ne pas plonger la Grèce dans une nouvelle récession.

Le Premier ministre grec, qui s'est dit "optimiste" sur les chances de succès des négociations avec ses partenaires, a expliqué aux parlementaires que la Grèce avait l'intention d'honorer le service de sa dette mais que l'austérite ne constituait pas une des obligations européennes de son pays.

L'objectif de son gouvernement, a-t-il poursuivi, est de parvenir à un équilibre budgétaire, argument que la Grèce fera valoir lors des négociations.

Rappelant que le programme d'aide mis au point par le FMI et l'Union européenne avait été suspendu en raison de son échec, Alexis Tsipras a promis que les premières mesures de son gouvernement viseraient à panser les plaies sociales provoquées par l'austérité menée depuis cinq ans.

Plusieurs milliers de foyers bénéficieront de dons de nourriture et d'une gratuité de l'électricité, a-t-il ajouté, tandis que les fonctionnaires licenciés illégalement seront à nouveau engagés dans l'administration.

Pour réduire les dépenses publiques, il propose une réduction du train de vie des ministres et des parlementaires, avec la suppression des voitures de fonction et la vente d'un avion mis à disposition du chef du gouvernement.

Ses principaux combats, a-t-il dit, concerneront la lutte contre la corruption dans la passation de marchés publics et la lutte contre l'évasion fiscale.   Suite...