November 1, 2014 / 5:53 AM / 3 years ago

Election en Roumanie-Vers une mainmise de Ponta sur le pouvoir

5 MINUTES DE LECTURE

par Matthias Williams et Radu-Sorin Marinas

OPTASI-MAGURA, Roumanie, 1er novembre (Reuters) - Le Premier ministre roumain Victor Ponta devrait remporter l'élection présidentielle qui débute dimanche, assurant une stabilité politique bienvenue mais générant des craintes concernant notamment l'indépendance de la justice roumaine.

Soutenu par son parti, machine politique bien huilée, et apprécié des Roumains pour avoir assoupli des mesures d'austérité imposées durant la récession de 2009-2010, Victor Ponta a fait la course en tête dans les sondages tout au long de la campagne présidentielle.

L'élection du dirigeant social-démocrate serait synonyme de stabilité politique, son rival, l'actuel président Traian Basescu, quittant le pouvoir après deux mandats, et rassurerait les investisseurs, qui souhaitent le maintien d'une aide du Fonds monétaire international (FMI).

Mais elle mettrait également en péril l'indépendance de la justice et des médias.

"(Victor Ponta) veut tout contrôler, dont les médias, c'est ma crainte principale", explique l'analyste politique Mircea Marian.

"Je pense qu'il s'attaquera également au parquet anti-corruption", ajoute-t-il, comparant l'actuel Premier ministre au chef du gouvernement hongrois Viktor Orban, accusé par l'Union européenne et les Etats-Unis d'entraver la démocratie et la liberté d'expression.

Le président de la Roumanie désigne le Premier ministre, les juges et procureurs et peut bloquer des projets de loi.

Paul Ivan, analyste politique du Centre politique européen (EPC) basé à Bruxelles, confirme qu'une victoire de Victor Ponta mettrait en péril la réforme du système judiciaire.

"Alors que l'élection de Victor Ponta à la présidence diminuerait les tensions qui existent actuellement entre les deux branches de l'exécutif, elle renforcerait également le mainmise des sociaux-démocrates sur le pouvoir et poserait des questions concernant la poursuite de la réforme du système judiciaire", explique-t-il.

Mesures économiques Populaires

Des querelles politiques et une importante évasion fiscale ont entravé jusqu'à présent les efforts visant à améliorer les conditions de vie des quelque 20 millions d'habitants d'un des pays les plus pauvres d'Europe.

Le président sortant, Traian Basescu, a accusé le Premier ministre Ponta d'avoir été espion dans les années 1990, ce qu'a démenti le camp Ponta dénonçant une campagne de diffamation.

Un parquet a ouvert une enquête sur le beau-père de l'actuel chef du gouvernement, figure également du Parti social-démocrate, concernant des confiscations de terres.

Deux responsables du Mouvement populaire (MP), le parti du président Basescu, sont par ailleurs soupçonnés d'avoir tenté d'étouffer une loi anti-corruption.

Située à 17 kilomètres du lieu de naissance de l'ancien dirigeant Nicolae Ceaucescu, la commune d'Optasi-Magura offre un aperçu de ce que pourrait amener une victoire de Victor Ponta à l'élection de dimanche.

Les habitations de cette ville du sud de la Roumanie, où chevaux et chariots partagent les rues avec les tracteurs, ne disposent pas de l'eau courante et une grande partie de la population vieillissante vit péniblement de la culture du blé et du maïs.

Optasi-Magura est un fief du parti : les habitants sont majoritairement reconnaissants envers les autorités, qui ont envoyé des denrées alimentaires et des couvertures lorsque la région a subi des inondations en juillet et qui ont mis fin à des politiques d'austérité introduites par l'ex-Premier ministre de centre-droit Emil Bloc, allié de Basescu.

"(Victor Ponta) a réinstauré tout ce qui avait été supprimé sous Basescu, il a relevé les aides familiales à 84 lei (19 euros) contre 42 lei, rétabli les retraites, diminué la TVA sur le pain : ce ne sont que des bonnes choses", déclare Ion Paun, un habitant d'Optasi-Magura de 60 ans.

Ion Paun et sa famille ne font pas confiance au principal adversaire de Victor Ponta, Klaus Iohannis, un chrétien-libéral attaqué par le camp Ponta pour sa fortune - il dispose de six propriétés immobilières - et sur le fait qu'il n'ait pas d'enfant.

Les citoyens roumains sont appelés aux urnes dimanche pour le premier tour de la présidentielle qui pourrait être suivi d'un second tour le 16 novembre.

Agathe Machecourt pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below