** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

jeudi 30 octobre 2014 17h52
 

PARIS, 30 octobre (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont
clôturé dans le vert jeudi au terme d'une séance en dents de scie, le chiffre
supérieur aux attentes de la croissance américaine au troisième trimestre ayant
alimenté les interrogations sur l'évolution de la politique monétaire au
lendemain de la réunion de la Fed. 
     À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,74% (+30,60 points) à
4.141,24 après avoir passé une partie de la journée dans le rouge. Le Footsie
britannique a progressé de 0,15% et le Dax allemand de 0,35%,
tandis que l'indice EuroStoxx 50 prenait 0,45% et le FTSEurofirst
300 0,53%. 
    La tendance a profité des résultats solides et des commentaires optimistes
de plusieurs grands noms de la cote, comme Renault (+2,91%),
Volkswagen (+1,88%) ou encore Bayer (+2,71%) et Total
 (+1,29%). 
    Les banques ont en revanche fini étales après la mise en garde du président
de l'Autorité bancaire européenne (ABE) contre le risque d'un relâchement de
leurs efforts après les tests de résistance. 
    Lufthansa a chuté de 6,6% après avoir réduit son objectif de
bénéfice 2015. 
    A Wall Street, au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones 
gagnait 0,90%, dopé par le bond de 8,9% de Visa après ses résultats. Le
Standard & Poor's-500 prenait 0,34% et le Nasdaq 0,04%. 
    La croissance du produit intérieur brut (PIB) américain a atteint 3,5% en
rythme annualisé au troisième trimestre selon la première estimation du
département du Commerce, un chiffre supérieur d'un demi-point au consensus.
 
    Au lendemain de la décision de la Fed de mettre un terme à sa politique
d'assouplissement quantitatif (QE) en arrêtant ses achats d'actifs, ce chiffre
solide alimente les spéculations sur le calendrier de la remontée à venir des
taux d'intérêt.
    "Les marchés financiers sont entrés dans un nouveau monde monétaire depuis
hier, avec la disparition du QE de la Fed, l'économie réelle devra apporter la
preuve à chaque indicateur de conjoncture économique de sa capacité à avancer
sans le filet des achats d'actifs de la Fed", explique Vincent Ganne, analyste
chez FXCM.
    En Europe, les marchés jugés les plus risqués semblent les plus pénalisés
par cette nouvelle donne : Lisbonne a cédé 1,47% et Athènes 2,8%
.
    Pour ce qui est des résultats, mercredi soir, 36% des sociétés cotées
européennes avaient publié leurs comptes trimestriels et 67% d'entre elles
avaient atteint ou dépassé les attentes en terme de bénéfice, mais seulement 59%
pour le chiffre d'affaires, selon les données Thomson Reuters StarMine. 
    En données absolues, les profits sont en hausse de 7,1% et les chiffres
d'affaires de 0,1%, signe que l'amélioration des comptes est davantage liée aux
plans d'économies et à la baisse des coûts de financement qu'à l'amélioration de
la conjoncture.
    Sur le marché des changes, le dollar se stabilise après sa nette hausse de
mercredi, qui a ramené l'euro vers 1,2625 dollar. L'appréciation du
billet vert pénalise le pétrole, le prix du baril de Brent cédant 0,8% à 86,40
dollars et celui de brut léger américain (WTI) 1,2% à 81,20. 
    Les rendements obligataires américains restent orientés à la hausse, à plus
de 2,2950% pour le 10 ans.
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Blaise Robinson, Marc Angrand pour le service français)