Madrid reporte l'IPO de l'opérateur aéroportuaire Aena-source

jeudi 30 octobre 2014 16h02
 

MADRID, 30 octobre (Reuters) - Le gouvernement espagnol a décidé de repousser l'introduction en Bourse de l'opérateur aéroportuaire Aena, une opération d'un montant estimé à huit milliards d'euros, a-t-on appris jeudi de source proche de l'opération.

La mise sur le marché de 49% du capital du numéro un mondial du secteur, pour l'instant contrôlé par l'Etat, s'annonçait comme la plus grosse introduction de l'année en Europe et devait constituer un test de la confiance des investisseurs dans la reprise de l'économie espagnole.

Aena, qui gère des aéroports en Espagne et en Amérique latine, et devrait sous peu devenir actionnaire majoritaire de celui de Luton, près de Londres, était initialement censé faire ses premiers pas à la Bourse de Madrid le 12 novembre.

La détérioration de la conjoncture économique en Europe et le désintérêt manifeste des investisseurs pour les nouvelles entrées en Bourse ces dernières semaines ont cependant réduit les chances de succès de l'opération.

"L'opération est reportée jusqu'à ce qu'un défaut technique qui a été identifié soit résolu", a dit la source qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat.

La source a expliqué que le défaut en question tenait à l'absence d'appel d'offres pour désigner l'auditeur chargé de valider les comptes de la société.

Aena a reporté vendredi dernier le dépôt de son prospectus d'introduction auprès des autorités boursières mais des sources ont alors assuré que le gouvernement devrait donner ce vendredi son feu vert à l'opération.

D'autres sources ont toutefois fait état de divisions au sein même du gouvernement sur l'opportunité de maintenir l'introduction et sur le prix de celle-ci.

Aena a déclaré ne pas être informé d'une suspension du projet; le ministre de l'Economie, le Trésor, le ministère des Travaux publics et la présidence du gouvernement ont refusé de commenter ces informations. (Paul Day et Carlos Ruano, avec Robert Hetz,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand)