Monte Paschi pourrait repousser ses remboursements à Rome

mardi 28 octobre 2014 18h12
 

MILAN, 28 octobre (Reuters) - La troisième banque italienne, Banca Monte dei Paschi di Siena, pourrait demander un report du remboursement de plusieurs centaines de millions d'euros d'aides publiques afin d'assainir son bilan et elle pourrait aussi réfléchir à une fusion, a déclaré mardi son président, Alessandro Profumo.

Accompagné de l'administrateur délégué Fabrizio Viola, il a participé lundi à des réunions au ministère de l'Economie afin d'évaluer les options à la disposition de la plus ancienne banque du monde encore en activité, qui a échoué aux tests de résistance et à l'examen des bilans coordonnés par la Banque centrale européenne.

Dans un entretien accordé à Reuters, Alessandro Profumo a confirmé que la question d'un réexamen des dates de remboursement des 750 millions d'euros d'aides publiques était l'une des options évoquées lundi.

Prié de dire si une fusion figurait aussi parmi ces options, il a répondu : "Evidemment, il y a aussi celle-là".

Le Trésor italien a de son côté déclaré qu'il ne s'opposerait pas à une demande de report des remboursements d'aides publiques par la banque. Il a toutefois exclu que les montants prêtés par l'Etat puissent être convertis en actions.

Monte dei Paschi, seule banque italienne a avoir été recapitalisée par l'Etat, ne se remet pas de l'acquisition coûteuse de sa rivale Antonveneta en 2007, juste avant la crise financière mondiale, et d'un scandale sur des produits dérivés lié à cette opération.

L'établissement a accumulé 9,3 milliards d'euros de pertes sur les trois dernières années et a échoué aux tests de la Banque centrale européenne (BCE) en dépit d'une augmentation de capital de cinq milliards d'euros en juin, son quatrième appel au marché depuis 2008.

La banque a maintenant deux semaines pour soumettre un plan de renforcement de ses fonds propres à la BCE et neuf mois pour le mettre en oeuvre.

Elle a déjà entrepris de céder des actifs et engagé une lourde restructuration, avec la fermeture de 550 agences et 8.000 suppressions d'emplois, pour obtenir le feu vert de la Commission européenne à son plan de sauvetage.

A la Bourse de Milan, l'action Monte Paschi a fini mardi en hausse de 1,4% au lendemain d'une chute de 21,5%. (Francesca Landini, Silvia Aloisi et Luca Trogni,; Véronique Tison et Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand)