October 28, 2014 / 10:59 AM / 3 years ago

Monte Paschi et Carige remontent en Bourse, espoirs après la BCE

3 MINUTES DE LECTURE

MILAN/ROME, 28 octobre (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena et Banca Carige amorçaient un rebond mardi à la Bourse de Milan après leur chute de la veille, provoquée par les résultats des tests bancaires menés par les autorités européennes.

Monte Paschi, la troisième banque du pays, et Carige figurent parmi les neuf établissements italiens qui doivent se recapitaliser pour répondre aux exigences de la Banque centrale européenne (BCE), à hauteur de 2,1 milliards et 814 millions d'euros respectivement.

Le titre Monte Paschi, qui a chuté de 21,5% lundi, reprenait 2,87% vers 10h20 GMT à 0,8075 euro; de son côté, Carige gagnait 4,54% à 0,0806 euro au lendemain d'une baisse de plus de 17%.

La Consob, l'autorité boursière italienne, a interdit jusqu'au 10 novembre les ventes à découvert sur les deux titres.

Par ailleurs, Carige a annoncé mardi matin avoir conclu la vente attendue de longue date de ses deux filiales d'assurance, pour un montant total de 310 millions d'euros.

Le ministre de l'Economie, Pier Carlo Padoan, s'est quant à lui déclaré confiant dans la capacité de Monte Paschi et Carige à combler leur manque de fonds propres par le biais d'"opérations de marché".

Mais l'Etat pourrait bien être mis à contribution dans le dossier Monte Paschi puisque, selon une source proche du dossier, les discussions entre la banque et le Trésor portent entre autres sur la possibilité d'un report du remboursement d'aides publiques et sur la possibilité d'une émission d'actions souscrite par l'Etat.

Le trésor Saisi Du Dossier Monte Paschi

Une source du Trésor a précisé que la direction de Monte Paschi avait été reçue lundi par des responsables du Trésor sur les moyens de combler le manque de fonds propres, mais elle n'a pas précisé le contenu de la discussion.

Interrogé sur la possibilité d'un report du remboursement des prêts de l'Etat ou d'une conversion de ces prêts en actions au profit de l'Etat, la source a répondu que "toutes les options sont à l'étude".

Alors que, pour nombre d'observateurs, les fragilités mises au jour par les tests européens imposent une consolidation du secteur bancaire italien, la banque d'affaires Mediobanca a déclaré mardi n'envisager aucune acquisition, précisant qu'elle n'entendait jouer qu'un rôle de conseil dans ce processus.

"Nous ne sommes pas intéressés par des fusions-acquisitions", a dit son administrateur délégué, Alberto Nagel, lors d'une téléconférence sur les résultats trimestriels de l'établissement.

Il a ajouté que la consolidation du secteur ne devrait pas démarrer prochainement mais plutôt à un horizon de 18 mois.

"On assistera d'abord à des fusions à l'échelon national, puis seulement après à une consolidation entre différents marchés de la zone euro", a-t-il dit.

Mediobanca a assuré n'avoir pour sa part aucune mesure à prendre pour renforcer son bilan. (Oleg Vukmanovic, Silvia Aloisi, Elvira Pollina, Giselda Vagnoni et Gianluca Semeraro; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below