Sanofi menace le conseil de Medivation de demander sa révocation

jeudi 5 mai 2016 14h58
 

PARIS, 5 mai (Reuters) - Sanofi a exhorté une nouvelle fois le conseil d'administration de Medivation à engager des discussions sur son projet d'offre de reprise de la biotech américaine spécialisée dans le traitement des cancers, menaçant dans le cas contraire de demander sa révocation.

Sanofi propose de racheter Medivation au prix de 52,50 dollars par action, soit un montant global de 9,3 milliards de dollars (8,2 milliards d'euros), une offre jugée insuffisante par le conseil du laboratoire américain.

Dans un courrier adressé le 4 mai aux membres du conseil d'administration de Medivation, Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi, déclare avoir eu des discussions approfondies avec les principaux actionnaires du groupe américain qui sont, selon lui, "extrêmement favorables à une opération".

"Je souhaite réitérer notre préférence pour entamer des discussions avec vous afin de négocier une transaction. Nous pensons qu'un contact immédiat serait dans le meilleur intérêt de vos actionnaires dans la mesure où cela leur permettrait de réaliser rapidement une valeur substantielle et certaine, tout en limitant la perturbation pour votre organisation", écrit le dircteur général de Sanofi, ajoutant que cette opération est une "priorité" pour le groupe français, qui se dit déterminé à aboutir.

Olivier Brandicourt ouvre néanmoins la porte à un éventuel relèvement de son offre à condition que le conseil de Medivation accepte d'entamer des discussions et apporte la preuve que la valeur du groupe le justifie.

"Si vous vous engagez dans un dialogue constructif avec nous et que vous apportez la démonstration d'éléments de valeur additionnels, nous pourrions être en position de revoir notre offre", observe-t-il.

En l'absence de réponse du conseil de Medivation, Sanofi menace de se tourner directement vers les actionnaires du groupe et de demander la révocation du conseil.

"Comme vous le savez, vos actionnaires ont la possibilité d'agir à tout moment par accord écrit pour révoquer et remplacer les administrateurs. Si le conseil d'administration actuel de Medivation persiste à refuser de nous parler, alors nous avons l'intention d'initier une procédure pour révoquer et remplacer les membres du conseil d'administration", déclare-t-il. (Jean-Michel Bélot)