EDF-Un administrateur salarié s'oppose au projet Hinkley Point

mercredi 30 mars 2016 09h59
 

PARIS, 30 mars (Reuters) - Christian Taxil, administrateur salarié d'EDF parrainé par la CFE-CGC, a estimé dans une lettre d'information que les conditions n'étaient pas réunies pour qu'il approuve le projet Hinkley Point.

Il s'agit du premier administrateur de l'électricien public à officialiser son opposition à ce projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

"Aujourd'hui, je ne peux que constater que les conditions ne sont pas réunies pour que je puisse donner un avis positif si un tel projet m'était soumis", a écrit Christian Taxil dans une lettre d'information datée de mardi.

L'administrateur salarié souligne notamment que "les changements intervenus sur le projet entre 2013 et 2016 engendrent pour EDF une exposition au risque bien plus élevé" et que la situation financière du groupe "est désormais fragilisée par les conditions de marché particulièrement mauvaises".

Il estime en outre que la mise en service d'Hinkley Point 72 mois après le premier béton "n'est pas crédible" et met en doute la rentabilité du projet de 9% mise en avant par Emmanuel Macron.

Le ministre de l'Economie avait indiqué le 22 mars que l'électricien public devrait se prononcer début mai sur le projet Hinkley Point.

Le conseil d'administration d'EDF compte 18 membres, dont six élus par les salariés. (Geert De Clercq et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)