Déjà 2,7 mds proposés pour les fréquences 700 MHz-Arcep

lundi 16 novembre 2015 18h19
 

PARIS, 16 novembre (Reuters) - L'Autorité française de régulation des télécoms (Arcep) a annoncé lundi la poursuite des enchères pour les fréquences de la bande 700 MHz, le prix ayant pour la première journée atteint 451 millions d'euros pour chacun des six blocs mis en vente, soit un total provisoire de 2,7 milliards.

"L'enchère n'est pas terminée : la demande cumulée des candidats est toujours strictement supérieure à 6 blocs", a indiqué le régulateur dans un communiqué.

"L'enchère se poursuivra demain mardi 17 novembre 2015 avec le lancement du 8ème tour, à un prix de 456 millions d'euros par bloc", a ajouté l'Arcep.

L'opération est cruciale pour les opérateurs télécoms qui ont besoin de capacités supplémentaires pour accroître leur couverture en très haut débit mobile et répondre à la montée en flèche du trafic de données sur les téléphones portables.

Elle est également stratégique pour l'Etat français qui espérait retirer de la vente 2,5 milliards d'euros au minimum afin de renflouer les caisses de l'armée.

Situées dans la bande basse des 700 MHz, les fréquences proposées aux enchères sont particulièrement attractives car efficaces à l'intérieur des bâtiments et sur de longues distances.

Leur mise en vente constitue un moment de vérité pour le secteur en obligeant les opérateurs à sortir leur carnet de chèque alors qu'ils commencent tout juste à se remettre de la guerre des prix qui a chamboulé les télécoms français depuis 2012.

Parmi les quatre opérateurs en lice, tous ne sont cependant pas égaux quant à leurs besoins en fréquences.

L'opération apparaît incontournable pour Free mobile (Iliad ), dernier arrivé sur le marché du mobile et à ce titre moins bien pourvu en fréquences mais aussi pour Orange, le numéro un français des télécoms, qui a fait de la qualité de son réseau l'un de ses principaux arguments de vente.   Suite...