Renault-L'Etat n'a pas vocation à garder autant d'actions-Macron

jeudi 9 avril 2015 08h36
 

PARIS, 9 avril (Reuters) - L'Etat français n'a pas vocation à posséder à terme autant d'actions Renault qu'il n'en détiendra après sa montée au capital de la société, a déclaré jeudi le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron.

L'Etat a décidé de monter au capital de Renault pour s'assurer qu'il disposera de droits de vote double à l'issue de la prochaine assemblée générale du constructeur automobile, contre l'avis du conseil d'administration du groupe et de son PDG Carlos Ghosn.

Principal actionnaire de Renault avec 15,01% du capital, le gouvernement a annoncé mercredi son intention d'acquérir temporairement jusqu'à 4,73% supplémentaires et d'augmenter ainsi sa participation jusqu'à 19,74%.

L'opération, dont une grande partie a déjà été réalisée la veille, se fera pour un prix compris entre 814 millions et 1,232 milliard d'euros.

"On a racheté des actions Renault pour maintenir nos droits de vote doubles, mais on n'a pas vocation à terme à en garder autant", a déclaré Emmanuel Macron sur RTL. (Benjamin Mallet, édité par Patrick Vignal)