L'UE passe en revue ses options pour aider l'Ukraine

lundi 24 février 2014 16h38
 

par Luke Baker et Justyna Pawlak

BRUXELLES (Reuters) - L'Europe examine une palette d'options pour aider financièrement l'Ukraine à court et long terme mais aucun programme ne verra vraisemblablement le jour avant l'élection présidentielle de mai, ni sans coordination avec le Fonds monétaire international.

Le ministère des Finances ukrainien a évalué lundi à 35 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros) les besoins du pays pour 2014 et 2015 et souhaité obtenir un premier versement dans les deux semaines à venir, suggérant l'organisation d'une conférence de donateurs.

Il est hautement peu probable que l'Europe mette autant d'argent sur la table dès maintenant. Mais des prêts bilatéraux d'ampleur limitée pourraient être débloqués afin de fournir une aide à court terme, déclarent des responsables européens.

Des échanges ont déjà eu lieu avec le Japon, la Chine, le Canada, la Turquie et les Etats-Unis, a déclaré un haut responsable de la Commission européenne. Des efforts sont en cours pour maintenir également la Russie dans les discussions.

"Rien ne peut être exclu", a dit un autre responsable impliqué dans les débats en cours.

"Beaucoup de propositions sur lesquelles nous travaillons exigent qu'un accord avec le FMI soit en place, ce qui signifie qu'il faut un gouvernement opérationnel en Ukraine, ce qui demande d'attendre les élections."

Les nouvelles autorités ukrainiennes ont fixé au 25 mai la date d'une élection présidentielle.

"Mais l'UE est bien placée pour coordonner les actions si les pays membres donnent de l'argent. Ils ont les ressources et souhaitent fournir une aide."   Suite...

 
Catherine Ashton, la haute représentante de l'UE pour la politique étrangère, à Kiev. L'Europe examine une palette d'options pour aider financièrement l'Ukraine à court et long terme mais aucun programme ne verra vraisemblablement le jour avant l'élection présidentielle de mai, ni sans coordination avec le Fonds monétaire international. /Photo prise le 24 février 2014/REUTERS/Viktor Gurniak