Recettes fiscales en Grande-Bretagne décevantes en janvier

vendredi 21 février 2014 15h01
 

LONDRES (Reuters) - La baisse des recettes de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les bénéfices au Royaume-Uni s'est traduite en janvier par un excédent budgétaire bien inférieur à son niveau habituel.

Grâce aux bons résultats des mois précédents, Londres semble toujours en passe d'atteindre ses objectifs annuels mais George Osborne, le ministre des Finances, risque de disposer d'une marge de manœuvre plus mince qu'espéré pour préparer le prochain budget à un peu plus d'un an des prochaines élections.

Parallèlement, les statistiques officielles publiées vendredi ont montré une baisse inattendue de 1,5% des ventes au détail en janvier, la plus marquée depuis avril 2012, après un solide mois de décembre.

Les futures sur obligations d'Etat britanniques ont cédé du terrain après ces statistiques, qui s'ajoutent à l'annonce cette semaine d'une baisse surprise de l'inflation et d'une augmentation du chômage.

"Les prévisions officielles de déficit annuel semblent toujours à portée de main mais rien de plus", a commenté James Knightley, économiste d'ING.

La réduction du déficit budgétaire est l'une des priorités affichées du gouvernement de David Cameron, arrivé au pouvoir en mai 2010 alors que le trou des finances publiques atteignait 11% du produit intérieur brut (PIB), l'un des plus mauvais résultats de l'ensemble des pays avancés.

En janvier, les finances publiques britanniques ont dégagé un excédent de 4,718 milliards de livres (5,74 milliards d'euros) contre 6,035 milliards un an plus tôt à données comparables. Les économistes prévoyaient en moyenne un excédent de 8,15 milliards.

Les recettes de l'impôt sur le revenu ont reculé de 5,2% sur un an, celle de l'impôt sur les sociétés de 6% environ.

Le mois de janvier est particulièrement important pour les finances publiques car il regroupe d'importantes échéances de l'IR et de l'IS, ce qui se traduit généralement par un important excédent mensuel.

Depuis le début de l'exercice budgétaire, en avril 2013, le déficit (hors transferts de Royal Mail et de la Banque d'Angleterre) ressort à 90,7 milliards de livres, en baisse de 4,2% sur un an. Le gouvernement, dans ses prévisions présentées en décembre, table sur une baisse de 3,1% sur l'ensemble de l'exercice fiscal.

David Milliken et Andy Bruce, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
La baisse des recettes de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les bénéfices au Royaume-Uni s'est traduite en janvier par un excédent budgétaire bien inférieur à son niveau habituel. Le gouvernement risque donc de disposer d'une marge de manœuvre plus mince qu'espéré pour préparer le prochain budget à un peu plus d'un an des prochaines élections. /Photo d'archives/REUTERS/Catherine Benson