20 février 2014 / 16:44 / dans 4 ans

Le renflouement du Portugal suit son cours, dit Bruxelles

Au marché de Ribeira à Lisbonne. La Commission européenne a estimé jeudi que le programme de renflouement du Portugal suivait globalement son cours et qu'il semblait que la reprise économique se solidifiait. Mais des risques importants, surtout légaux, persistent. /Photo prise le 20 février 2014/REUTERS/Rafael Marchante

LISBONNE (Reuters) - La Commission européenne a dit jeudi que le programme de renflouement du Portugal suivait globalement son cours et qu‘il semblait que la reprise économique se solidifiait mais l‘exécutif européen a également dit que des risques importants, surtout légaux, persistaient.

Le constat de le CE se fonde sur son résumé du 10e examen de la performance économique du Portugal renfloué, qui s‘est déroulé du 4 au 16 décembre, et sa publication jeudi coïncide avec le début de l‘avant-dernier examen du pays par ses bailleurs de fonds.

Le Portugal espère sortir en douceur de ce programme d‘aide international en mai. La croissance est revenue au deuxième trimestre 2013 et s‘est confirmée avec une baisse du chômage et des rendements obligataires et une amélioration régulière de la confiance.

Le rendement du 10 ans a progressé jeudi, par rapport à son plus bas de près de quatre ans inscrit cette semaine, à 4,97%, mais il reste bien en deçà des 6% qui ont inauguré l‘année 2014.

Le retour de la croissance a fait suite à trois ans de récession, la pire depuis les années 70, dues à la mise en œuvre de mesures de rigueur imposées par la “troïka” (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) en échange de son aide.

Les risques vis-à-vis de ce scénario de reprise sont “avant tout de nature légale”, constate la CE, faisant référence au jugement que doit rendre la Cour constitutionnelle sur diverses mesures d‘austérité figurant dans le budget 2014 et que l‘opposition conteste.

Le Portugal a atteint en 2013 l‘objectif d‘un déficit budgétaire de 5,5% du PIB et doit parvenir cette année à descendre à 4% du PIB.

Axel Bugge, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below