Les changes ont pesé sur le 4e trimestre de Technip

jeudi 20 février 2014 09h16
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Technip a fait savoir jeudi que les compagnies pétrolières internationales devraient limiter à un chiffre la croissance de leurs investissements en 2014, mais le groupe a confirmé l'ensemble de ses perspectives.

Le spécialiste des équipements pétroliers et gaziers, dont les résultats ont reculé au quatrième trimestre, a également estimé que les compagnies nationales et certaines indépendantes devraient être, elles, plus porteuses.

"Dans la décennie précédente, les 'majors' (...) avaient un taux de croissance à deux chiffres et, là, on est plutôt sur un taux de croissance entre 5% et 6%", a déclaré son PDG Thierry Pilenko lors d'une conférence téléphonique.

"La moyenne de l'industrie pourrait être légèrement plus élevée grâce aux compagnies nationales et à certains indépendants, qui eux continuent de rester assez 'bullish' avec leurs investissements", a-t-il ajouté.

"Il y a un contraste assez fort entre les différents types de compagnies (...) mais on est toujours sur une courbe de croissance et surtout on sait bien que, si on veut atteindre les objectifs de production, il faut mettre en oeuvre des nouveaux projets."

Technip a en outre confirmé l'ensemble de ses perspectives, qui incluent pour 2014 une baisse de la marge opérationnelle courante de sa division Subsea (infrastructures sous-marines) à un taux d'au moins 12% contre 14,3% en 2013.

Il a également redit que la rentabilité du Subsea s'améliorerait ensuite et serait comprise entre 15% et 17% en 2015.

Pour sa division Onshore/Offshore, le groupe table toujours pour 2014 sur des ventes comprises entre 5,4 et 5,7 milliards d'euros (contre 5,3 milliards en 2013), avec une marge comprise entre 6% et 7% (contre 6,7% en 2013).   Suite...

 
Technip a vu ses résultats reculer au quatrième trimestre, pénalisés notamment par des effets de change défavorables mais le spécialiste des équipements pétroliers et gaziers a confirmé l'ensemble de ses objectifs. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen