Thales compte poursuivre son offensive dans les émergents

mercredi 19 février 2014 20h33
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Thales vise en 2014 une croissance à deux chiffres de ses prises de commandes dans les pays émergents, son ticket pour échapper à la morosité commerciale dans les marchés matures, tout en poursuivant l'amélioration de sa rentabilité.

L'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité vise aussi cette année une nouvelle amélioration de sa rentabilité, tablant sur une hausse de 5% à 7% de son bénéfice d'exploitation, avec un chiffre d'affaires stable.

Sans l'instabilité des marchés des changes, secoués par la chute de devises dans certains pays émergents, Thales aurait pu prévoir une fourchette de 6,5%-8,5% pour cette année, a précisé son PDG Jean-Bernard Lévy lors d'une conférence téléphonique.

L'ex-patron de Vivendi a toutefois estimé que malgré ces soubresauts des devises, les perspectives économiques restaient "favorables" pour les marchés émergents de Thales, citant des besoins énormes dans les infrastructures, le transport aérien, la sécurité civile et la défense.

Thales a engrangé en 2013 plus de contrats dans les émergents qu'au cours des deux années précédentes, avec notamment la rénovation de frégates en Arabie saoudite et des radars de défense aérienne aux Emirats arabes unis.

Pour sa première année complète à la tête de Thales, Jean-Bernard Lévy, nommé fin 2012, affiche 19 commandes supérieures à 100 millions d'euros en 2013, soit autant qu'au cours des deux années précédentes.

Il poursuit aussi la dynamique engagée par son prédécesseur, Luc Vigneron, avec un bénéfice d'exploitation en hausse de 8% à 1,003 milliard d'euros, dont plus de 100 millions provenant de la continuation des réductions de coûts, soit une marge de 7,1%, en progression de 0,6 point.

UNE ACQUISITION N'EST PAS CRUCIALE   Suite...

 
Thales vise un chiffre d'affaires stable en 2014, comptant sur une croissance à deux chiffres de ses prises de commandes dans les pays émergents pour compenser la baisse attendue dans les marchés matures. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau