19 février 2014 / 10:37 / il y a 4 ans

Grâce au tourisme, la Grèce enregistre son 1er excédent courant

Temple de Poséidon à Sounion. Des revenus record du tourisme ont permis à la Grèce d'enregistrer en 2013 des comptes courants excédentaires pour la première fois depuis que ces données ont commencé à être établies en 1948. /Photo prise le 28 juin 2013/Yorgos Karahalis

par George Georgiopoulos et Harry Papachristou

ATHENES (Reuters) - Des revenus record du tourisme ont permis à la Grèce d'enregistrer en 2013 des comptes courants excédentaires pour la première fois depuis que ces données ont commencé à être établies en 1948, selon des chiffres publiées mercredi par la banque centrale.

La balance des comptes courants a dégagé l'an dernier un solde positif de 1,24 milliard d'euros, représentant environ 0,7% du produit intérieur brut, grâce en particulier à un bond de 15% des revenus du tourisme à 12 milliards d'euros, un record.

Le déficit courant avait culminé à 15% du PIB en 2008 après l'entrée de la Grèce dans la zone euro qui avait entraîné un boom de la consommation et une ruée sur les importations.

A partir de 2009, la crise de la dette a plongé le pays dans une profonde récession qui a permis à Athènes de corriger ses déséquilibres extérieurs. Avec l'austérité, les importations se sont effondrées de 54% depuis 2008 alors que le secteur touristique n'a jamais autant rapporté.

Signe des temps, il ne s'est vendu en Grèce que huit Porsche l'an dernier, contre 424 en 2009.

La baisse des salaires a rétabli une partie de la compétitivité perdue du pays, permettant aux exportations (hors produits pétroliers) d'augmenter de 2,1% à 14,2 milliards d'euros en valeur l'an dernier - soit leur niveau de 2008.

La balance des comptes courants a aussi bénéficié du soutien des créanciers de la Grèce qui ont accepté de réduire de moitié leurs intérêts dus en 2013, à environ six milliards d'euros.

"En 2014, le pays devrait encore dégager un excédent courant, les importations restant faibles alors que le tourisme et les exportations se reprennent", commente Platon Monokroussos, économiste chez Eurobank à Athènes.

"Sur le plus long terme, l'amélioration durable des comptes courants dépendra de la capacité du pays à maintenir sa compétitivité et à augmenter la substitution d'importations par la production locale", ajoute-t-il.

George Georgiopoulos et Harry Papachristou, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below