La Commission européenne veut durcir les règles sur le parfum

jeudi 13 février 2014 21h20
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - La Commission européenne a publié jeudi ses propositions concernant l'industrie du parfum, dans lesquelles elle opte pour l'interdiction de certaines molécules, pour des recherches plus poussées sur certains ingrédients et pour une extension des règles d'étiquetage visant à protéger les consommateurs des risques d'allergies.

La Commission, qui avait été saisie en juillet 2012 par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC), au motif que certaines substances étaient allergisantes, propose d'interdire l'atranol et le chloroatranol, présents dans les extraits de mousses d'arbres, ainsi que l'extrait synthétique de muguet (HICC).

Elle va cependant moins loin que le CSSC, qui souhaitait interdire purement et simplement l'usage de ces mousses qui apportent à nombre de 'jus' leurs notes boisées, qui les fixent dans le temps et sont présentes dans des parfums aussi emblématiques que le N°5 de Chanel ou Miss Dior.

Les parfumeurs pourront cependant continuer à utiliser les extraits de mousses d'arbres à condition qu'ils soient filtrés et ne contiennent plus ces molécules.

Cette interdiction pourrait cependant obliger les parfumeurs à reformuler leurs produits et "certains ont déjà largement commencé à le faire depuis un an", indique une source industrielle.

On ignore encore dans quelle mesure des maisons comme Dior ou Guerlain (propriété du groupe LVMH), Chanel ou Hermès seront touchées par cette décision.

DAVANTAGE DE TESTS

Par ailleurs, la Commission n'a pas tranché sur une très délicate liste d'une vingtaine d'ingrédients et extraits naturels.   Suite...

 
Caroline De Boutiny, "nez" du fabricant de parfums Galimard à Grasse, pourrait voir son métier affecté par les propositions formulées jeudi par la Commission européenne concernant l'industrie du parfum. Bruxelles opte pour l'interdiction de certaines molécules, pour des recherches plus poussées sur certains ingrédients et une extension des règles d'étiquetage visant à protéger les consommateurs des risques d'allergies. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard