Hermès, toujours mieux que ses pairs, brille en Chine

jeudi 13 février 2014 15h58
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Hermès, qui a signé jeudi une des plus belles croissances du luxe, compte aussi parmi les rares à échapper au ralentissement chinois provoqué par les mesures anti-ostentation prises par Pékin.

Alors que nombre de ses concurrents comme Louis Vuitton, propriété de LVMH ou Gucci (Kering) ont vu leur ventes freinées en Chine, le sellier y a vu ses ventes grimper de 19% en 2013 et de 17% sur leur quatrième trimestre.

"Il y a eu une évolution très rapide de la clientèle en Chine vers des produits de haute qualité, plus discrets, et ce mouvement a été plutôt positif pour nous", a déclaré à Reuters le gérant d'Hermès, Axel Dumas.

Il a précisé que les ventes y restaient tirées par la clientèle masculine, les chaussures et la soie en particulier.

Seules les montres, catégorie la plus touchée avec les spiritueux, par le "nouveau cours" de Pékin - et qui ne pèsent que pour 4% du chiffre d'affaires du groupe - ont nettement sous-performé, avec une croissance organique limitée à 1%.

Hermès, réputé pour sa résilience grâce à un positionnement très haut de gamme échappant aux effets de mode, a légèrement ralenti la cadence au quatrième trimestre, avec une croissance organique de 11%, en retrait par rapport aux 12,9% du troisième trimestre, mais sur une base de comparaison particulièrement élevée: les ventes avaient grimpé de 18,5% au dernier trimestre 2012.

Le groupe a bouclé son exercice annuel sur un chiffre d'affaires de 3,75 milliards d'euros (en ligne avec le consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 3,78 milliards), signant une hausse limitée à 7,8% par l'impact défavorable de l'appréciation de l'euro face au yen et au dollar, mais de 13% hors variations de change.

"CHIFFRES TRÈS SOLIDES"   Suite...

 
Le gérant d'Hermès, Axel Dumas. Alors que nombre de ses concurrents comme Louis Vuitton ou Gucci ont vu leur ventes freinées en Chine, le sellier y a affiche des ventes en hausse de 19% en 2013 et de 17% sur leur quatrième trimestre. /Photo prise le 3 septembre 2013/REUTERS/Fred Prouser