PSA, Dongfeng et l'Etat français auraient conclu un accord

jeudi 13 février 2014 08h43
 

par Sophie Sassard et Laurence Frost et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën est parvenu à un accord avec Dongfeng Motor et l'Etat français sur les modalités principales d'une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à quatre milliards d'euros et sur un renforcement de la coopération industrielle entre le groupe automobile français et son partenaire chinois, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier.

Un protocole d'accord non contraignant (Memorandum of Understanding, MoU) sera présenté mardi prochain, 18 février, au conseil de surveillance de PSA, et devrait être signé le même jour, ont indiqué trois sources directement au fait du dossier.

PSA a refusé de faire un commentaire. Le groupe a dit jusqu'à présent qu'il espérait faire une annonce le 19 février lors de la publication de ses résultats annuels.

"On ne devrait pas avoir de surprise le 19, le deal est fait dans les grandes lignes, il reste seulement les derniers détails à finaliser", a précisé une des sources, de retour de Chine.

Un porte-parole de Dongfeng, dont le siège se trouve à Wuhan, a dit ne pas avoir été informé d'une telle évolution. L'entreprise fera une annonce publique si un accord est conclu, a-t-il ajouté.

Le titre perdait jeudi 1,6% à la Bourse de Hong Kong, qui reculait globalement de 0,4%.

Les trois parties doivent encore trouver un accord sur le futur président ou la future présidente du conseil de surveillance de PSA, poste actuellement occupé par Thierry Peugeot.

Le choix d'une personnalité indépendante est le principal point à régler en termes de gouvernance, ont souligné les sources.   Suite...

 
Usine PSA Dongfeng à Wuhan. Selon des sources proches du dossier, PSA Peugeot Citroën est parvenu à un accord avec le groupe chinois Dongfeng Motor et l'Etat français sur les grandes lignes d'une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à quatre milliards d'euros et sur un renforcement de la coopération industrielle entre le constructeur automobile français et son partenaire chinois. /Photo prise le 2 juillet 2013/REUTERS/China Daily