Metro plus prudent sur ses prévisions après le 1er trimestre

mardi 11 février 2014 11h44
 

par Emma Thomasson et Matthias Inverardi

BERLIN/DUSSELDORF (Reuters) - Le distributeur allemand Metro s'est montré plus prudent mardi pour ses perspectives après un tassement de son bénéfice trimestriel dû à une baisse de ses revenus immobiliers et à la vigueur de l'euro.

Metro, numéro quatre mondial de la distribution, s'attend à une évolution plus favorable des conditions économiques et des taux de change cette année mais il annonce un objectif de 1,75 milliard d'euros pour son bénéfice opérationnel annuel, alors qu'il visait jusque-là une "amélioration marquée" par rapport au résultat de 1,7 milliard réalisé un an plus tôt.

Cette prudence fait baisser l'action de 2,50% à 30,86 euros à la Bourse de Francfort vers 10h25 GMT, une des deux seules baisses, et la plus forte, de l'indice sectoriel européen de la distribution qui avance de 1,11% à ce stade.

Au premier trimestre clos fin décembre, le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit), hors éléments exceptionnels, a baissé de 16% à 1,07 milliard d'euros, juste en-deçà du consensus qui était à 1,08 milliard.

Metro, groupe tentaculaire avec 2.200 magasins dans 32 pays, a imputé ce recul à l'absence de cessions immobilières - qui avaient gonflé ses résultats lors de l'exercice précédent - et à la vente de ses supermarchés Real en Europe de l'Est.

RETOUR DU DIVIDENDE ?

Les profits ont aussi été affectés par l'euro fort et par de mauvaises performances de Media-Saturn, l'enseigne d'électronique grand public qui pâtit de la concurrence du commerce en ligne. Son Ebit avant exceptionnels a baissé à 289 millions d'euros au premier trimestre contre 332 millions un an plus tôt.

Metro a annoncé son intention d'améliorer la rentabilité de Media-Saturn - deuxième distributeur mondial d'électronique grand public après l'américain Best Buy - en réduisant ses coûts et en améliorant ses process.   Suite...

 
Le distributeur allemand Metro fait état de résultats en légère baisse pour son premier trimestre clos en décembre mais il s'attend à ce que les conditions économiques plus favorables et les taux de change lui permettent d'augmenter ses bénéfices sur l'ensemble de l'exercice 2013/2014. Le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit), hors éléments exceptionnels, est notamment ressorti à 1,07 milliard d'euros sur les trois mois à décembre, contre 1,27 milliard un an plus tôt. /Photo d'archives/REUTERS/Tobias Schwarz