Des EPR pour remplacer les centrales nucléaires vieillissantes ?

lundi 10 février 2014 17h54
 

PARIS (Reuters) - L'Elysée envisage de remplacer des centrales nucléaires françaises vieillissantes par des réacteurs EPR de troisième ou quatrième génération qui seraient construits sur les mêmes sites, écrit lundi le journal Le Monde.

Selon le quotidien, ce projet concernerait les centrales dont la prolongation au-delà de 40 ans coûterait trop cher à EDF, sommé par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de les mettre aux nouvelles normes de sûreté décidées après l'accident survenu à Fukushima, au Japon, en mars 2011.

L'Elysée et Matignon n'ont pas commenté cette information dans l'immédiat. EDF n'a pas souhaité faire de commentaire. Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère de l'Ecologie.

Selon Le Monde, le ministère de l'Ecologie confirme que "le débat est bien posé en ces termes" et dit "être en discussion avec la direction stratégique d'EDF", ajoutant toutefois que "rien n'est abouti et toutes les bornes pas encore fixées".

Alors qu'une loi sur la transition énergétique est attendue dans le courant de l'année, François Hollande s'est engagé à réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France d'ici à 2025.

Il a aussi décidé de fermer avant fin 2016 la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), dont la production manquante doit être compensée par celle du réacteur EPR en cours de construction à Flamanville (Manche).

Une forte augmentation des capacités de production d'énergies renouvelables en France entraînerait par ailleurs mécaniquement une dilution de la part du nucléaire dans la production française d'électricité et l'exécutif a dit souhaiter réduire drastiquement la consommation d'énergie, de 50% à l'horizon 2050.

La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, a estimé fin 2013 que la fermeture de la centrale de Fessenheim ne suffirait pas pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France.

L'EPR de Flamanville, régulièrement critiqué par les écologistes, a vu son coût augmenter de deux milliards d'euros fin 2012, atteignant ainsi 8,5 milliards contre 3,3 milliards prévus en 2005.   Suite...

 
La centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne du parc d'EDF. Selon Le Monde, l'Elysée envisage de remplacer des centrales nucléaires françaises vieillissantes par des réacteurs EPR de troisième ou quatrième génération qui seraient construits sur les mêmes sites. /Photo prise le 14 novembre 2013/REUTERS/Vincent Kessler