Moscovici prône plus d'intégration face aux Eurosceptiques

lundi 10 février 2014 09h50
 

par Leigh Thomas et Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - La percée annoncée des partis "eurosceptiques" aux élections européennes du printemps ne doit pas décourager les pays de la zone euro de se lancer dans des projets d'intégration encore plus ambitieux comme se doter d'un budget commun, a déclaré Pierre Moscovici.

"La montée des partis eurosceptiques ne doit pas constituer un frein à l'intégration et la construction de la zone euro", a dit le ministre français de l'Economie et des Finances dans une interview à Reuters.

"La zone euro doit être plus intégrée, la zone euro doit être plus forte pour que l'adhésion des citoyens à ce qui est leur monnaie unique se renforce encore. C'est le moment d'accélérer", a-t-il ajouté.

Européen convaincu de longue date, Pierre Moscovici défend l'idée de doter la zone euro d'un budget propre qui lui permette d'intervenir en cas de panne de croissance, en finançant par exemple les indemnités chômage.

"Il pourrait être, pourquoi pas, alimenté par une partie du produit de la taxe sur les transactions financières" actuellement envisagée par onze pays européens. Pierre Moscovici dit avoir évoqué le sujet avec ses homologues allemands Sigmar Gabriel et Wolfgang Schaüble lors de leur récente visite à Paris.

Si Berlin a refusé jusqu'ici tout transfert de recettes fiscales vers le niveau communautaire, la chancelière Angela Merkel a accepté le principe d'un "fonds de solidarité", mais avec une capacité limitée, qui viendrait en aide aux pays en difficulté s'ils s'engagent à mener des réformes économiques structurelles.

PAS DE NOUVEAU TRAITÉ

Il est tout aussi important, selon Pierre Moscovici, que la gouvernance de la zone euro s'améliore. La France plaide pour cela en faveur d'un président permanent de l'Eurogroupe, couplé - ou non - avec la fonction de commissaire européen chargé des questions économiques ou monétaires.   Suite...

 
Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici estime que la percée annoncée des partis "eurosceptiques" aux élections européennes du printemps ne doit pas décourager les pays de la zone euro de se lancer dans des projets d'intégration encore plus ambitieux comme se doter d'un budget commun. /Photo prise le 30 janvier 2014/REUTERS/Charles Platiau