Credit Suisse rate le consensus à cause des litiges

jeudi 6 février 2014 12h10
 

par Katharina Bart

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse a publié jeudi un bénéfice net trimestriel en très faible hausse et inférieur aux attentes, conséquence d'importantes charges liées d'une part à l'enquête des autorités américaines sur des soupçons de complicité d'évasion fiscale, d'autre part à un dossier lié à la vente de produits hypothécaires.

Le groupe bancaire helvétique a dégagé sur les trois derniers mois de 2013 un résultat net de 267 millions de francs (218 millions d'euros), contre 263 millions sur la période correspondante un an plus tôt.

Onze analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un résultat de 448 millions de francs.

"Ils sont vraiment poursuivis par leur passé. D'un point de vue opérationnel, cela n'a pas l'air très solide non plus. La banque d'investissement en particulier semble assez faible et ils n'arrivent pas à faire aussi bien que leurs concurrents sur la base de coûts", a déclaré Rainer Skierka, analyste à la banque privée Safra Sarazin.

Vers 11h50, l'action Credit Suisse est en recul de 1,0% à 26,78 francs.

Les comptes incluent des provisions de 339 millions de francs liées à un litige hypothécaire impliquant sa division de banque d'investissement et de 175 millions liées à l'enquête en cours aux Etats-Unis sur les soupçons de complicité d'évasion fiscale.

Credit Suisse est l'une des 14 banques helvétiques soupçonnées par la justice des Etats-Unis d'avoir aider de riches contribuables américains à dissimuler une partie de leur patrimoine sur des comptes non-déclarés.

Le groupe avait déjà inscrit dans ses comptes une provision de 295 millions de francs liée à ce dossier.   Suite...

 
Le DG de Credit Suisse, Brady Dougan. Le bénéfice net trimestriel du groupe bancaire helvétique est en très faible hausse et inférieur aux attentes, conséquence d'importantes charges liées d'une part à l'enquête des autorités américaines sur des soupçons de complicité d'évasion fiscale, d'autre part à un dossier lié à la vente de produits hypothécaires. /Photo prise le 6 février 2014/REUTERS/Denis Balibouse