Wall Street finit en forte baisse, plombée par l'ISM

lundi 3 février 2014 23h24
 

par Rodrigo Campos et Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en nette baisse lundi, affectée par des statistiques qui paraissent témoigner d'un ralentissement de la croissance dans le secteur manufacturier américain, fournissant ainsi un nouveau prétexte aux investisseurs pour s'éloigner des actifs jugés les plus risqués.

L'indice S&P-500 a subi sa plus forte perte en pourcentage depuis juin, tandis que le Nasdaq a fini sous les 4.000 points pour la première fois depuis décembre. Le Dow Jones a terminé sous sa moyenne mobile de 200 jours pour la première fois depuis le 28 décembre 2012.

La croissance manufacturière a été, en janvier, la plus faible en huit mois, au vu d'un indice ISM paru lundi et ressorti largement en deçà des attentes des analystes. De surcroît, la composante des commandes nouvelles a subi sa plus forte baisse depuis décembre 1980.

Ce ralentissement avait déjà été révélé un peu auparavant le même jour par l'indice PMI de Markit définitif de janvier.

Le Dow Jones a perdu 326,05 points (2,08%) à 15.372,80 et le S&P-500 a cédé 40,70 points (2,28%) à 1.741,89. Le Nasdaq Composite a abandonné 106,92 points (2,61%) à 3.996,96.

Le Dow a perdu 5,3% en janvier et le S&P-500 3,6%, leurs plus fortes pertes mensuelles depuis mai 2012.

Le sentiment des investisseurs s'est nettement détérioré après l'indice ISM, portant le coût d'assurance contre une baisse du S&P à son niveau le plus élevé en près de quatre mois. Parallèlement, l'indice de volatilité du CBOE, dit indice de la peur, s'est envolé de 16,5% à 21,44.

Un autre élément notable est que le volume du trading de futures sur le VIX a atteint un record de 4,40 millions de contrats en janvier, une hausse de 52% sur janvier 2013 et de 38% sur décembre, ce qui laisse penser que les investisseurs achètent massivement des protections contre une baisse du marché.   Suite...

 
Wall Street a terminé en nette baisse lundi, affectée par des statistiques indiquant un ralentissement de la croissance dans le secteur manufacturier américain. L'indice S&P-500 (-2,28%) a subi sa plus forte perte en pourcentage depuis juin, tandis que le Nasdaq (-2,61%) a fini sous les 4.000 points pour la première fois depuis décembre. Le Dow Jones a perdu 2,08%. /Photo prise le 3 février 2014/REUTERS/Brendan McDermid