Lloyds reporte la reprise du versement de dividendes

lundi 3 février 2014 11h04
 

par Matt Scuffham et Chris Vellacott

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group a annoncé lundi qu'il demanderait aux régulateurs du secteur financier de pouvoir renouer avec une politique de dividendes à partir du second semestre de l'année, prenant ainsi de court les investisseurs qui avaient esperé un versement au titre de l'exercice 2013.

Vers 09h55 GMT, le titre de la banque britannique perdait 2,63% à 81,13 pence alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes reculait de 1,32%.

Dans un communiqué, la banque britannique encore détenue à 32,7% par l'Etat a également dit avoir passé une nouvelle charge de 1,8 milliard de livres (2,2 milliards d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre, liée à l'indemnisation de clients lésés par certains produits d'assurance crédit.

Ces nouvelles provisions, qui reflètent "une révision des anticipations en matière de volumes des plaintes", portent à 9,8 milliards le coût du scandale des "PPI" (payment protection insurance), un produit d'assurance crédit dont les conditions de vente sont contestées.

La plupart des analystes et investisseurs, au vu des bonnes performances intrinsèques de la banque, avaient anticipé l'annonce d'un dividende en même temps que les résultats détaillés de 2013, attendus le 13 février.

"Les perspectives en matière de dividendes sont moins bonnes que prévu", a dit à Reuters l'un des 50 plus importants actionnaires institutionnels de Lloyds, numéro quatre de la banque en Europe.

Cette dernière a précisé viser à moyen terme un taux de distribution de dividendes d'au moins 50% du bénéfice courant. Le dernier versement d'un dividende par Lloyds remonte à octobre 2008.

La banque a également dit avoir lancé le processus d'une nouvelle cession de titres en Bourse, confortant l'hypothèse d'une sortie totale de l'Etat du capital d'ici la fin de l'année.   Suite...

 
Lloyds va demander aux régulateurs du secteur financier de pouvoir renouer avec une politique de dividendes à partir du second semestre de l'année. Le numéro quatre de la banque en Europe prend ainsi de court les investisseurs qui avaient esperé un versement au titre de l'exercice 2013. /Photo d'archives/REUTERS/Olivia Harris