Croissance et rentabilité en léger tassement pour LVMH en 2013

jeudi 30 janvier 2014 22h28
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - LVMH a publié jeudi des résultats annuels marqués par un léger tassement de sa croissance et de sa rentabilité, mais aussi par une accélération de la dynamique de Louis Vuitton en fin d'année.

Le numéro un mondial du luxe a pâti en 2013 d'un ralentissement de la demande, notamment en Chine, où les mesures anti-corruption ont pesé sur les ventes de produits considérés comme ostentatoires, notamment le cognac, et d'un tassement de Vuitton, son principal centre de profit.

Son PDG Bernard Arnault a reconnu que l'environnement avait été plus difficile en 2013, avec une consommation de produits de luxe "légèrement freinée en Chine", des impacts de changes défavorables, liés à la hausse de l'euro, et le repositionnement entrepris par Louis Vuitton.

"Tout cela n'est pas un problème, mais cela nous met dans une situation différente d'il y a deux ou trois ans", a-t-il dit, "lorsque la croissance était supérieure à 10%".

Les ventes du groupe ont totalisé 29,149 milliards d'euros, signant une croissance organique annuelle de 8%, après une progression identique au quatrième trimestre, et de 9% en 2012.

Le résultat opérationnel courant s'est inscrit à 6,02 milliards d'euros, grappillant 2%, pour une rentabilité en recul de 40 points de base à 20,7%, essentiellement imputable à la division mode-maroquinerie.

La baisse de la rentabilité de la division, dont le résultat opérationnel a fléchi de 4%, s'explique, aux dires du directeur financier Jean-Jacques Guiony, uniquement par les investissements opérés chez Fendi, Céline et Berluti.

Louis Vuitton, qui a entamé un repositionnement de son offre sur des sacs en cuir plus exclusifs - à plus de 3.000 euros - et plus en phase avec la demande d'une clientèle lassée des toiles monogrammées, n'a quant à lui pas vu sa marge s'éroder, a tenu à souligner Bernard Arnault.   Suite...

 
Bernard Arnault, PDG de LVMH. Le numéro un mondial du luxe a publié des résultats annuels marqués par un léger tassement de sa croissance et de sa rentabilité, mais aussi par une accélération de la dynamique de Louis Vuitton en fin d'année et un fort ralentissement de Hennessy. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes