Des créanciers de Vivarte veulent recruter un conseiller

jeudi 30 janvier 2014 16h29
 

par Claire Ruckin

LONDRES (Reuters) - Des créanciers de Vivarte sont sur le point de désigner un conseiller en restructuration, après avoir refusé d'accorder au groupe de mode multi-marques une période de gel de ses covenants bancaires, a-t-on appris jeudi de sources bancaires.

Vivarte, acquis par Charterhouse en 2007 avec un endettement de 3,43 milliards d'euros, a subi depuis de plein fouet l'environnement économique difficile en Europe.

Le groupe, propriétaire des marques La Halle aux Vêtements, Kookaï ou Chevignon, avait demandé en décembre un délai supplémentaire pour respecter ses covenants, dans l'espoir de bénéficier d'ici là d'une amélioration de son activité.

Vivarte a demandé depuis au tribunal de commerce de Paris de nommer un mandataire ad hoc pour arbitrer les discussions, n'ayant pu obtenir un consentement des deux tiers des créanciers avant la date limite du 22 janvier, ont ajouté les sources.

Selon une source proche du dossier, Hélène Bourbouloux, qui avait déjà travaillé l'an dernier sur la restructuration de la dette de la Saur, a été désignée.

Certaines des banques souhaitent ainsi maintenant recruter de leur coté un conseiller en restructuration pour faciliter les discussions.

"Un conseiller en restructuration facilitera une procédure et une négociation en bonne et due forme entre les banques et la société. Il faut un accord qui fonctionne", a expliqué l'une des sources.

Certains créanciers ont cédé des créances sur Vivarte sur le marché secondaire européen pour éviter des pertes éventuelles.   Suite...