Shell veut réduire ses dépenses et augmenter ses cessions

jeudi 30 janvier 2014 12h45
 

par Sarah Young

LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé jeudi vouloir céder des actifs, réduire ses dépenses et geler un projet controversé d'exploration dans l'Arctique afin de privilégier la rentabilité après le choc provoqué il y a deux semaines par un avertissement sur ses résultats.

Arrivé il y a un mois tout juste à la tête de la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, numéro trois mondial coté du secteur, le directeur général, Ben van Beurden a ainsi affiché son intention de faire maigrir le groupe.

"Notre stratégie globale reste solide mais 2014 sera une année durant laquelle nous allons modifier nos priorités, pour améliorer notre rendement et nos performances en terme de cash-flow", a-t-il souligné dans un communiqué.

Shell avait choqué ses actionnaires le 17 janvier en annonçant que ses résultats trimestriels seraient "nettement" inférieurs à ses prévisions initiales en raison de multiples imprévus.

Pour redresser la barre, le groupe va donc ramener ses investissements à 37 milliards de dollars cette année contre 46 milliards l'an dernier, tout en augmentant la cadence de ses cessions d'actifs, visant en ce domaine un montant total de 15 milliards de dollars pour 2014-2015.

Conséquence la plus emblématique de ces décisions: présentée en décembre, la campagne controversée et coûteuse d'exploration pétrolière dans les eaux de l'Arctique prévues cette année est annulée.

Shell a consacré environ 4,5 milliards de dollars depuis 2005 à la recherche de pétrole au large des côtes de l'Alaska mais il avait dû annuler l'an dernier une campagne de forages dans la région, une tempête ayant endommagé l'un de ses navires en 2012. Le projet était en outre vivement contesté par les organisations de défense de l'environnement.

"DES CHOIX DIFFICILES"   Suite...

 
Royal Dutch Shell veut céder des actifs, réduire ses dépenses et geler un projet controversé d'exploration dans l'Arctique afin de privilégier la rentabilité après le choc provoqué il y a deux semaines par un avertissement sur ses résultats. /Photo d'archives/REUTERS/Luke MacGregor