Las marchés européens en net repli, craintes pour les émergents

mercredi 29 janvier 2014 18h39
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Après une brève tentative de rebond, les Bourses européennes ont terminé en net repli mercredi, affaiblies par des résultats trimestriels décevants et la crainte d'un impact durable sur les marchés émergents de la probable réduction des achats d'actifs de la Réserve fédérale.

Malgré la décision de la banque centrale turque de relever fortement ses taux, puis la hausse de taux décidée par son homologue sud-africaine, la livre turque, le rand et d'autres devises émergentes sont à nouveau sous pression en attendant la décision de la Fed, qui devrait annoncer à 19h00 GMT une nouvelle diminution de son programme d'assouplissement quantitatif.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,68% à 4.156,98 points. Le Footsie britannique a perdu 0,43% et le Dax allemand 0,75%, tandis que l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 reculait de 0,89% et le FTSEurofirst 300 de 0,63%.

L'EuroStoxx a touché un creux de six semaines et teste le seuil de 3.013,87 points, qui correspondant à sa moyenne mobile à 100 jours, tandis que le Dax a enfoncé le seuil de 9.350 points, sa moyenne mobile à 50 jours, ce qui a tendance à conforter un scénario de poursuite de la phase de correction.

A la clôture en Europe, les grands indices américains perdaient 0,3% à 0,6%.

"On est dans un schéma de très forte nervosité avant la Fed", note un vendeur actions basé à Paris. "Bien sûr, il y a le problème des émergents, mais on a aussi beaucoup de défiance vis-à-vis de la politique de la Fed et du 'tapering' (réduction des achats), qui explique cette très grande volatilité."

"La tendance est avant tout dictée par les flux américains", ajoute-t-il.

Signe de la nervosité du marché, l'indice de volatilité de l'EuroStoxx 50 qui mesure l'aversion au risque a bondi de 20% à un pic de près de cinq mois à 23,97 avant de retomber à 21,81, affichant encore une hausse de 9,2% en fin de journée.

En attendant l'annonce de la Fed, les résultats trimestriels mitigés ont continué d'animer la cote des deux côtés de l'Atlantque.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES