Fiat Chrysler va avoir une première année de mariage délicate

mercredi 29 janvier 2014 17h39
 

par Agnieszka Flak et Bernie Woodall

MILAN/DETROIT (Reuters) - Fiat a abaissé mercredi ses prévisions pour 2014 à la suite d'un ralentissement de ses ventes en Amérique latine, un avertissement qui souligne les défis qui attendent le nouvel ensemble tout juste formé avec Chrysler.

Le groupe basé à Turin a annoncé mercredi la création d'une société holding, Fiat Chrysler Automobiles (FCA), qui sera enregistrée aux Pays-Bas, mais fiscalement domiciliée en Grande-Bretagne, avec New York pour principale place de cotation.

Fiat a précisé que l'internationalisation du groupe, sujet politiquement sensible en Italie, n'aurait aucun impact sur les effectifs, ni en Italie, ni ailleurs. Un engagement qui semble pris au sérieux par le président du Conseil italien, Enrico Letta.

"La question du siège social est absolument secondaire. Ce qui compte ce sont les emplois et le nombre de voitures vendues", a dit le chef du gouvernement à la presse à Bruxelles après une rencontre avec le président de la Commission, José Manuel Barroso.

Cinq ans après avoir participé au sauvetage de Chrysler, Fiat a fait de ses activités américaines l'un de ses principaux centres de profit, compensant le ralentissement persistant de la demande en Europe.

L'Amérique latine a également pris une place importante. Mais Fiat a annoncé mercredi que son bénéfice courant dans la région avait chuté de 80% au dernier trimestre 2013 en raison la fin de mesures d'incitation gouvernementales à l'achat de voitures et d'un effet de change négatif.

Conséquence de ces mauvaises performances : les résultats trimestriels de l'ensemble du groupe sont en-dessous des attentes des analystes et Fiat a dû revoir en baisse ses prévisions 2014.

Le constructeur italien a fait état d'un bénéfice avant intérêts, impôts et éléments exceptionnels ("trading profit") de 931 millions d'euros au quatrième trimestre, à comparer à un résultat retraité de 887 millions un an plus tôt, alors que les analystes attendaient en moyenne 1,15 milliard.   Suite...

 
Fiat a publié des résultats inférieurs aux attentes au titre du quatrième trimestre 2013 et a réduit plus que prévu ses prévisions pour 2014. Le bénéfice avant intérêts, impôts et éléments exceptionnels ("trading profit") est ressorti à 931 millions d'euros au quatrième trimestre, à comparer à un résultat retraité de 887 millions un an plus tôt, alors que les analystes attendaient en moyenne 1,15 milliard. /Photo prise le 28 mars 2013/REUTERS/Mike Segar