Pernod accélère les innovations pour doper sa croissance

mardi 28 janvier 2014 20h16
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Pernod Ricard mise sur l'innovation pour doper sa croissance, à l'heure où la Chine pèse sur la dynamique de ses ventes et où les perspectives d'acquisitions se font rares.

Le propriétaire du cognac Martell, du whisky Chivas Regal ou de la vodka Absolut a lancé pas moins d'une centaine d'innovations entre 2011 et 2013, qui ont contribué à 25% de sa croissance organique, a déclaré mardi Pierre Pringuet, directeur général de Pernod Ricard, lors d'une journée consacrée à la stratégie d'innovation du numéro deux mondial des spiritueux derrière Diageo.

Pour les années 2013-2017, quelque 300 projets sont d'ores et déjà à l'étude.

Cette accélération répond à la nécessité, pour Pernod Ricard, de doper sa croissance organique à l'heure où les cibles d'acquisitions sont peu nombreuses et où le groupe s'est fixé pour objectif de ne pas dégrader son ratio d'endettement.

L'offre à 16 milliards de dollars du japonais Suntory sur Beam, à des multiples record de 21 fois l'Ebitda du groupe américain, a mis le secteur en ébullition, certains estimant que Suntory pourrait devoir céder des actifs - comme son prestigieux bourbon Maker's Mark - pour se désendetter.

"Nous tenons à préserver notre notation 'investissement' et notre marge financière nous permet des acquisitions ciblées", a déclaré à Reuters Alexandre Ricard, directeur général délégué, ajoutant qu'"à plus long terme, le groupe ne se refuse rien".

Pour l'heure, Pernod investit sur ses marques existantes pour croître.

Les innovations pèsent donc pour une part grandissante dans le budget de dépenses publi-promotionnelles du groupe qui s'élève à environ 19% du chiffre d'affaires, soit 1,6 milliard d'euros, contre 15,6% pour le britannique Diageo.   Suite...

 
Pierre Pringuet, directeur général de Pernod Ricard. Le propriétaire du cognac Martell, du whisky Chivas Regal ou de la vodka Absolut mise sur l'innovation pour doper sa croissance, à l'heure où la Chine pèse sur la dynamique de ses ventes et où les perspectives d'acquisitions se font rares. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann