ABB avertit à son tour sur ses résultats

mercredi 22 janvier 2014 12h19
 

par Katharina Bart

ZURICH (Reuters) - ABB a annoncé mercredi que son bénéfice net du quatrième trimestre serait sensiblement en-dessous des attentes des analystes financiers en raison du peu de commandes engrangées par sa division énergie et d'un report de projets éoliens en mer du Nord.

Cet avertissement sur résultats du groupe suisse, lancé au lendemain de celui du français Alstom, pèse sur le titre ABB, qui cédait vers 12h10 4,5% à 23,11 francs, accusant la plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 50.

ABB, numéro un mondial des moteurs industriels et des réseaux électriques, a précisé que sa division énergie passerait une charge de 260 millions de dollars au quatrième trimestre.

Cette charge, liée à des retards de projets éoliens provoqués par les récentes tempêtes en mer du Nord et à des coûts de restructuration, ramène ainsi son estimation de bénéfice net pour les trois derniers mois de l'année à 525 millions de dollars.

Les analystes financiers anticipaient jusqu'ici 924 millions, selon des données Thomson Reuters.

"Alors que les performances de quatre divisions ont été conformes à nos attentes pendant le quatrième trimestre, les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans les systèmes d'énergie sont décevants", déclare Ulrich Spiesshofer, directeur général d'ABB, cité dans un communiqué.

Il ajoute que le groupe "faisait toujours le constat d'incertitudes sur le marché de l'énergie", en raison notamment d'une réglementation plus stricte et de reports de projets.

Ulrich Spiesshofer a ensuite dit devant des investisseurs que la toute nouvelle direction de la division énergie ferait état de ses orientations et objectifs lors de la présentation des résultats annuels d'ABB, prévue le 13 février.   Suite...

 
ABB, numéro un mondial des moteurs industriels et des réseaux électriques, a annoncé que sa division énergie n'atteindrait pas ses objectifs trimestriels à la suite d'une charge de 260 millions de dollars, liée à des retards de projets provoqués par les récentes tempêtes en mer du Nord et à des coûts de restructuration. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann