Le FMI relève ses prévisions mais s'inquiète des prix

mardi 21 janvier 2014 18h01
 

par Anna Yukhananov

WASHINGTON (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en hausse mardi sa prévision de croissance de l'économie mondiale pour la première fois depuis près de deux ans, estimant que l'accélération progressive de la reprise dans les pays avancés permettrait de compenser le ralentissement des pays émergents.

L'organisation basée à Washington a toutefois noté que la croissance des pays les plus riches restait inférieure à son potentiel et elle a ajouté la déflation à la longue liste des risques susceptibles de freiner leur reprise.

Dans la dernière mise à jour de ses "Perspectives économiques mondiales", le FMI prévoit une croissance mondiale de 3,7% cette année, soit 0,1 point de plus que prévu en octobre. Pour 2015, il table sur une croissance de 3,9%.

Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, a souligné qu'un contexte moins incertain, des politiques d'austérité moins sévères et l'assainissement du système bancaire favorisaient cette accélération de la croissance.

"La raison essentielle derrière la reprise vigoureuse est la levée progressive des freins à cette reprise", a-t-il déclaré mardi lors d'une téléconférence de presse.

Le FMI a relevé sa prévision pour les pays avancés à 2,2% contre 2,0% il y a trois mois, tout en laissant inchangée, à 5,1%, sa prévision pour les pays émergents, dans lesquels l'augmentation des exportations vers les pays riches devrait être contrebalancée par une demande intérieure moins dynamique.

Olivier Blanchard a parallèlement souligné le risque non négligeable de déflation en zone euro.

"Nos modèles montrent une probabilité de 10 à 20% que l'inflation devienne négative (dans la zone euro)", a-t-il dit. Il a toutefois ajouté que le scénario central du FMI prévoyait toujours une hausse des prix.   Suite...

 
Le FMI a revu à la hausse sa prévision de croissance de l'économie mondiale pour la première fois depuis près de deux ans, pour prendre en compte l'augmentation de la demande dans les pays developpés. L'institution attend une croissance de 3,7% cette année, soit 0,1 point de plus que prévu en octobre. /Photo prise le 20 janvier 2014/REUTERS/Kim Kyung-Hoon