Hollande exige des embauches, baisse des prélèvements dès 2015

mardi 21 janvier 2014 17h19
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Les entreprises devront s'engager à créer des emplois et à investir en France en échange de la baisse du coût du travail promise dans le cadre du "pacte de responsabilité", a déclaré mardi François Hollande.

Un nombre total d'embauches ne devrait pas être exigé mais des engagements chiffrés seront demandés dans certaines branches professionnelles, a précisé l'entourage du président.

En échange, les prélèvements sur les entreprises pourraient baisser dès 2015, un mouvement qui devrait s'accompagner d'une baisse des impôts sur les ménages, a-t-on ajouté.

"Il n'y a pas de temps à perdre, la France ne peut pas attendre et les chômeurs encore moins", a dit François Hollande lors de ses voeux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi.

Le président a promis de baisser de 30 milliards d'euros le coût du travail à l'horizon 2017, un montant qui devrait comprendre les 20 milliards d'euros du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) déjà mis en oeuvre.

Des contreparties "claires, précises, mesurables et donc vérifiables", définies avec les partenaires sociaux, seront demandées aux entreprises, a-t-il dit. Avec trois objectifs.

"Le premier, c'est évidemment le nombre de créations d'emplois, prioritairement pour les jeunes et pour les seniors à travers le développement des formations en alternance, l'apprentissage, les contrats de générations, et d'une manière générale le volume global des embauches", a-t-il précisé.

Un engagement chiffré global ne devrait pas être exigé. Mais "il y a des branches qui peuvent se mettre en situation de donner un chiffre" comme la grande distribution et d'autres "où ça n'a pas de sens", comme l'automobile et celles les plus exposées à la concurrence internationale, a-t-on expliqué.   Suite...

 
Lors de ses voeux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi, François Hollande a déclaré que les entreprises devront s'engager à créer des emplois, d'abord pour les jeunes et les seniors, et à investir en échange de la baisse du coût du travail promise dans le cadre du "pacte de responsabilité". /Photo prise le 21 janvier 2014/REUTER/Philippe Wojazer