La diversification, terrain miné du futur DG de Rémy Cointreau

lundi 20 janvier 2014 18h35
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Le futur dirigeant de Rémy Cointreau devra être en phase avec les options stratégiques d'actionnaires familiaux enclins au statu quo, à l'heure où le groupe traverse une crise majeure liée à son manque de diversification.

A la surprise générale, Frédéric Pflanz a démissionné de son poste de directeur général en décembre après seulement trois mois d'exercice, invoquant des raisons personnelles, au moment où le groupe voit chuter ses ventes de cognac en Chine et, par voie de conséquences, ses perspectives de résultats.

Pourtant, de l'avis de certains observateurs, ce départ semble avoir été motivé par des divergences de fond, notamment sur la stratégie commerciale en Asie et une diversification possible en Afrique ou en Amérique latine.

Une porte-parole de Rémy Cointreau à quant à elle assuré qu'il ne s'agissait pas d'une sanction, rappelant que Frédéric Pflanz restait dans le groupe en tant que directeur du développement.

Pour Trevor Stirling, analyste de Sanford Bernstein, "le départ de Frédéric Pflanz constitue un challenge de taille, car la société traverse une crise importante".

Les acteurs du cognac, que ce soit LVMH - propriétaire de Hennessy, numéro un mondial du secteur - ou Pernod Ricard (Martell), souffrent depuis un an du ralentissement des ventes en Chine lié aux mesures prises par Pékin visant à éradiquer la consommation ostentatoire.

Mais Rémy souffre largement plus que ses concurrents. Sa marque Rémy Martin pèse pour 80% de son résultat opérationnel, ses ventes de cognac en Chine pour environ 40%.

Certains analystes, comme ceux de Liberum, estiment que Rémy Cointreau souffre aussi parce qu'il n'a pas ajusté ses prix en Asie, "tandis que d'autres ont été plus agressifs".   Suite...

 
Le futur dirigeant de Rémy Cointreau devra être en phase avec les options stratégiques d'actionnaires familiaux enclins au statu quo, à l'heure où le groupe traverse une crise majeure. Les ventes de cognac en Chine du groupe sont en chute et, selon certains observateurs, la démission surprise du directeur général, Frédéric Pflanz, est liée à des divergences sur une diversification possible en Afrique ou en Amérique latine. /Photo prise d'archives/REUTERS/Régis Duvignau