Perte trimestrielle inattendue pour Deutsche Bank

lundi 20 janvier 2014 11h34
 

par Thomas Atkins

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a annoncé dimanche une perte imposable inattendue de 1,153 milliard d'euros au titre de son quatrième trimestre, la première banque allemande ayant notamment subi d'importants coûts juridiques et de restructuration, tout en avertissant que l'année 2014 serait encore difficile.

Vers 11h00, le titre Deutsche Bank reculait de 4,80% à 37,75 euros à la Bourse de Francfort, accusant la plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 50 et plombant l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes (-0,88%).

La perte trimestrielle risque d'aggraver les problèmes qui pèsent sur la banque depuis un an, notamment l'accumulation de procès et de contraintes réglementaires, et de renforcer la pression sur les dirigeants du groupe, Anshu Jain et Jürgen Fitschen, pour qu'ils montrent que l'établissement de crédit est sur la voie du redressement.

"Ceci n'est pas une bonne nouvelle, ces provisions élevées pour des problèmes juridiques apparemment sans fin (...)", a déclaré un courtier.

La banque a précisé que ses frais juridiques s'étaient élevés à 528 millions d'euros au quatrième trimestre, portant le coût des amendes et des accords à l'amiable sur l'ensemble de l'année à 2,5 milliards d'euros.

Les provisions passées sur ce poste comptable ont de ce fait été ramenées à 2,3 milliards d'euros à la fin de l'année contre un total de 4,1 milliards précédemment.

Deutsche Bank a annoncé fin décembre qu'elle verserait 1,4 milliard d'euros afin de solder un litige avec la Federal Housing Finance Agency dans un dossier de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS).

2014, UNE ANNÉE ENCORE DIFFICILE   Suite...

 
Deutsche Bank a enregistré une perte imposable inattendue de 1,153 milliard d'euros au titre de son quatrième trimestre, la première banque allemande ayant notamment subi d'importants coûts juridiques et de restructuration. Le groupe a averti que l'année 2014 serait encore difficile. /Photo prise le 15 janvier 2014/REUTERS/Brendan McDermid