19 janvier 2014 / 13:13 / dans 4 ans

L'Etat fera tout pour que PSA reste français, assure Moscovici

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a assuré dimanche sur Radio J que l'Etat ferait tout pour que PSA Peugeot Citroën reste français, à quelques heures d'un conseil de surveillance consacré à la question de la prochaine augmentation de capital du groupe automobile. /Photo prise le 13 décembre 2013/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le ministre de l‘Economie Pierre Moscovici a assuré dimanche que l‘Etat ferait tout pour que PSA Peugeot Citroën reste français à quelques heures d‘un conseil de surveillance consacré à la question de la prochaine augmentation de capital du groupe automobile.

Plusieurs scénarios de recapitalisation du groupe, confronté à des difficultés financières, sont à l‘étude, notamment une possible entrée de l‘Etat français et du constructeur chinois Dongfeng.

On ignore toutefois quel sera le nouveau rapport de forces et quelle sera notamment la part de la famille Peugeot, actionnaire historique qui détient actuellement 25% du capital et 38% des droits de vote, face aux investisseurs étrangers.

“PSA est un grand constructeur français qui va le rester”, a déclaré Pierre Moscovici sur Radio J. Il “doit pour cela trouver des alliances industrielles encore plus solides, doit conforter celles qu‘il détient déjà, avec General Motors aux Etats Unis, avec Dongfeng”.

“L‘Etat y est attaché (...) et est particulièrement vigilant, l‘Etat se sent impliqué, l‘Etat pèsera pour que PSA reste ce grand constructeur français et trouve les moyens de son développement”, a-t-il dit.

Selon Le Monde, les banques Rothschild et Morgan Stanley MS.N, conseils de PSA, estiment que l‘entreprise est capable de placer sur le marché entre 1,5 milliard et deux milliards d‘euros de nouvelles actions PSA.

Dans un tel scénario, les parts de l‘Etat et de Dongfeng seraient moins élevées qu‘initialement prévu et la famille Peugeot pourrait conserver une participation égale à celle de l‘Etat et de Dongfeng (12% à 15% du capital chacun) alors qu‘un autre projet prévoyait notamment de ramener la participation de la famille Peugeot de 25% à environ 8%.

Le président du conseil de surveillance Thierry Peugeot serait opposé à cette dernière possibilité et militerait pour une augmentation de capital auprès du public afin de maintenir l‘influence de la famille sur le groupe.

PSA Peugeot Citroën a renoué en décembre avec une croissance des ventes avec des livraisons en hausse de 8,6% au terme d‘une année 2013 médiocre.

Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below