Shell sera nettement en dessous de ses prévisions au 4e trimestre

vendredi 17 janvier 2014 14h53
 

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell a averti vendredi que ses résultats du quatrième trimestre seraient "nettement" inférieurs à ses prévisions initiales en raison de multiples imprévus qui augurent d'un début de mandat délicat pour le nouveau directeur général, Ben van Beurden.

Cet avertissement intervient près de 10 ans après le début du "scandale des réserves", lorsque la troisième compagnie pétrolière mondiale avait, à la surprise générale, revu en forte baisse ses réserves d'hydrocarbures.

Une semaine après un "warning" de l'américain Chevron, il illustre aussi les défis auxquels est confronté le secteur avec la difficulté de trouver de nouvelles réserves, la baisse des cours et la nécessité de maîtriser les coûts.

"Notre performance de 2013 n'a pas été celle que j'attendais", a dit Ben van Beurden, en poste depuis le début du mois.

Le résultat du quatrième trimestre 2013 sur la base des coûts de production actuels (CCS), hors éléments spécifiquement identifiés, devrait se situer autour de 2,9 milliards de dollars (2,13 milliards d'euros). Jusqu'à présent, le marché anticipait un bénéfice de l'ordre de quatre milliards de dollars.

Il faut remonter à 2009 pour retrouver un bénéfice trimestriel courant aussi bas. Depuis, le résultat courant avait atteint en moyenne 5,6 milliards par trimestre.

Pour les analystes financiers, Shell semble avoir souffert ces trois derniers mois d'une conjonction rare de facteurs défavorables incluant la dégradation des marges de raffinage, la hausse des coûts de production, des perturbations dans la production de certains gisements au Nigeria et la dépréciation du dollar australien.

RESSERREMENT DES COÛTS EN VUE   Suite...

 
Royal Dutch Shell avertit que ses résultats du quatrième trimestre devraient être nettement inférieurs à ses récents niveaux de rentabilité en raison des prix actuels du pétrole et du gaz et de problèmes dans le raffinage et la distribution. /Photo prise le 31 janvier 2013/REUTERS/Luke MacGregor