Essilor manque son objectif de croissance des ventes pour 2013

vendredi 17 janvier 2014 10h28
 

PARIS (Reuters) - Essilor a enregistré en 2013 une croissance de ses ventes inférieure à ses prévisions, une contre-performance que le numéro un mondial de l'optique ophtalmique impute à une vive concurrence et à une conjoncture difficile sur certains marchés.

Le groupe, qui avait déjà abaissé sa prévision de croissance pour l'exercice fin octobre, a publié vendredi par surprise un chiffre d'affaires provisoire, anticipant la publication de ses résultats définitifs le 27 février.

Dans un communiqué, la société française fait état de ventes atteignant 5,065 milliards pour l'exercice 2013, contre 5,15 milliards d'euros attendu en moyenne par le marché, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires ressort en croissance de 5,4% hors effets de change alors que la société avait dit tabler sur une progression de 6% lors de la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre.

"Une forte intensité concurrentielle et, dans certaines régions, une conjoncture économique peu porteuse se traduisant par un ralentissement du marché de l'optique, ont pesé sur la croissance organique du groupe", explique Essilor dans son communiqué.

A 10h10, le titre abandonne 3,0% à 78,90 euros, signant la plus forte baisse de l'indice CAC 40 en hausse de 0,17% dans le même temps.

"C'est un sales warning. La dynamique des ventes est moins importante dans certaines zones", commente un vendeur actions.

"J'estime qu'Essilor est généreusement valorisé et j'aurais tendance à alléger", ajoute l'opérateur de marché, en disant s'attendre à ce que la société procède à des réductions de coûts pour préserver ses bénéfices.

L'Europe semble notamment avoir souffert avec un repli de 0,4% à données comparables de l'activité verres et matériel optique. L'Amérique du Nord a quant à elle enregistré une croissance faiblarde de 0,9%.   Suite...

 
Essilor a enregistré en 2013 une croissance organique de ses ventes nettement inférieure à ses prévisions, une contre-performance que le numéro un mondial de l'optique ophtalmique impute à une vive concurrence et à une conjoncture difficile sur certains marchés. /Photo prise le 29 août 2013/REUTERS/Charles Platiau