January 14, 2014 / 12:52 PM / in 4 years

Le chômage restera élevé dans la zone euro en 2014, selon S&P

4 MINUTES DE LECTURE

Agence Pole Emploi à Paris. Selon Standard & Poor's, la croissance en France et dans la zone euro en 2014 restera insuffisante pour faire reculer le chômage et les gouvernements vont devoir tenir compte de nouvelles évolutions macroéconomiques mondiales dans la conduite de leur politique. /Photo prise le 28 novembre 2013/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La croissance en France et dans la zone euro en 2014 restera insuffisante pour faire reculer le chômage et les gouvernements vont devoir tenir compte de nouvelles évolutions macroéconomiques mondiales dans la conduite de leur politique, estime Standard & Poor's.

L'agence de notation s'attend à ce que le produit intérieur brut (PIB) français progresse d'environ 0,5% cette année, une prévision inférieure au consensus Reuters (+0,8%).

"Nous assistons à un déplacement de la croissance des pays émergents vers les pays développés, en particulier les Etats-Unis et la Grande-Bretagne", a déclaré mardi Jean-Michel Six, chef économiste de Standard & Poor's pour l'Europe.

Selon lui, le ralentissement de la croissance actuellement constaté au sein des économies émergentes s'explique notamment par "l'inversion des flux de capitaux qui jusqu'ici finançaient la croissance et se rapatrient désormais vers les pays développés."

Cette évolution, couplée à un ralentissement structurel de la croissance en Chine, devrait se traduire par une croissance mondiale "moyenne" cette année, moins vigoureuse que la reprise constatée en 2010 dans le sillage de la récession mondiale déclenchée par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers deux ans plus tôt.

Standard & Poor's s'attend en revanche à ce que le PIB aux Etats-Unis progresse de près de 3% en 2014.

"Le désendettement du secteur privé y est beaucoup plus marqué qu'en Europe, la transmission de la politique monétaire à l'économie réelle y est plus effective et surtout, les Etats-Unis entament une sortie de crise avec une structure compétitive très améliorée, c'est un message important pour les économies et les entreprises (européennes)", a fait valoir Jean-Michel Six.

Les équipes de Standard & Poor's continuent d'observer que la France peine à suivre le rythme de reprise enregistré chez ses voisins européens, un décalage qui se justifie en partie par le fait que la récession y a été moins sévère que dans d'autres pays.

L'agence note toutefois que la France a échoué à redresser le déficit de sa balance commerciale avec l'Allemagne depuis 2009 alors que les autres économies de la zone euro sont parvenues à le réduire.

"Le rythme de croissance en France cette année sera insuffisant pour affecter le niveau du chômage de façon tangible, une remarque un peu générale à la zone euro en dehors de l'Allemagne qui fait cavalier seul de ce point de vue", a souligné Jean-Michel Six.

"Les perspectives sur les marchés du travail (dans la zone euro) restent très sombres", a-t-il dit.

Le président François Hollande devrait détailler mardi, lors d'une conférence prévue à 16h30, les mesures d'un nouveau "pacte de responsabilité" avec les entreprises dévoilé lors de ses voeux aux Français le 31 janvier dernier.

Standard & Poor's a confirmé vendredi la note de la dette souveraine de l'Allemagne à AAA, la meilleure possible, mais a une nouvelle fois abaissé début novembre la note souveraine de la France, de AA+ à AA.

Matthias Blamont, avec Leigh Thomas, Maya Nikolaeva

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below