10 janvier 2014 / 13:52 / dans 4 ans

Les créations d'emplois aux Etats-Unis au plus bas depuis 3 ans

L'économie américaine a créé en décembre le nombre d'emplois le plus faible en trois ans mais ce recul devrait être passager dans la mesure où la vague de froid semble avoir affecté l'activité économique. En décembre, les créations d'emplois ont chuté à 74.000. /Photo d'archives/REUTERS/Shannon Stapleton

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - Les créations d‘emploi aux Etats-Unis sont tombées en décembre à leur plus bas niveau depuis trois ans mais cette rechute devrait être passagère dans la mesure où elle semble s‘expliquer en partie au moins par l‘impact du froid glacial qui s‘est abattu sur une partie du pays.

Les créations d‘emplois ont chuté à 74.000, leur plus bas niveau depuis janvier 2011, après 241.000 embauches en novembre, montrent les statistiques officielles publiées vendredi.

Le taux de chômage, calculé selon une méthode distincte, a reculé de 0,3 point le mois dernier, à 6,7%, son niveau le plus faible depuis octobre 2008, entre autres à cause de la sortie de certains Américains du marché du travail.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 196.000 créations de postes après les 203.000 annoncées initialement pour novembre et un taux de chômage de 7,0%.

Mais ils avaient été nombreux à relever leurs prévisions ces derniers jours en réaction à la publication d‘indicateurs sur l‘emploi et sur l‘activité suggérant une nette amélioration en fin d‘année.

Pour le mois de novembre, le département du Travail a revu en forte hausse, de 38.000, le nombre des créations d‘emplois.

Wall Street a débuté dans le vert après le rapport mensuel sur l‘emploi mais l‘indice Dow Jones et le Standard & Poor‘s-500 cédaient du terrain après une heure d‘échanges, tandis que les cours des obligations du Trésor progressaient.

“On dirait que c‘est une question de météo, avec une forte baisse dans la construction et un recul de 1.000 emplois dans le transport. Les investisseurs vont focaliser leur attention sur le taux de chômage et la révision en hausse du mois dernier”, estime John Canally, économiste chez LPL Financial à Boston.

PERTES D‘EMPLOIS DANS LA CONSTRUCTION

Pour Rob Carnell, d‘ING, “ces chiffres sont trop incompatibles avec les autres statistiques pour être pris au premier degré”.

Il ajoute toutefois qu‘à première vue, ces chiffres ont de quoi alimenter le doute sur la probabilité que la Réserve fédérale poursuive la réduction du rythme de ses achats d‘actifs lors de sa prochaine réunion, les 28 et 29 janvier.

La reprise de la croissance américaine a incité la Réserve fédérale à annoncer le mois dernier qu‘elle allait commencer à réduire son programme d‘injections massives de liquidités dans le système et de nombreux économistes s‘attendent à une nouvelle baisse à l‘issue de la réunion de janvier.

L‘emploi dans le secteur de la construction a diminué en décembre pour la première fois depuis le mois de mai, tandis que l‘emploi dans le secteur de l‘hôtellerie et des loisirs a très faiblement augmenté, ce qui laisse penser que la vague de froid sur une partie du territoire américain a retardé les embauches.

Le secteur des transports a quant à lui enregistré la première baisse de ses effectifs en cinq mois et l‘emploi dans le secteur public a lui aussi diminué.

BAISSE DU TAUX D‘ACTIVITÉ

En décembre, les créations d‘emploi dans le privé ont été de 87.000 seulement alors que le consensus les donnait à 195.000 après 226.000 (révisé) en novembre.

Mais le taux d‘activité - la part de la population en âge de travailler ayant un emploi ou en cherchant un - a baissé de 0,2 point à 62,8%, retrouvant son niveau d‘octobre, au plus bas depuis 1978. Ce recul explique les deux tiers de la diminution du taux de chômage.

L‘emploi dans le secteur manufacturier a augmenté pour le cinquième mois d‘affilée, de 9.000, à un rythme toutefois plus lent que celui de 31.000 enregistré au mois de novembre.

Le nombre d‘emplois perdu dans la construction a été de 16.000, après six mois consécutifs de créations, et les embauches dans la distribution se sont accélérées après un ralentissement en novembre.

Le revenu horaire moyen a augmenté de deux cents et la durée moyenne de la semaine de travail a légèrement baissé, revenant de 34,5 à 34,4 heures.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below