La BCE déterminée à prévenir une inflation trop faible

jeudi 9 janvier 2014 21h42
 

par Eva Taylor et Sakari Suoninen

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne a dit jeudi qu'elle était déterminée à utiliser tous les moyens disponibles pour prévenir une inflation trop basse mais elle a laissé ses taux directeurs inchangés en dépit d'un rythme de hausse des prix passé dans une "zone dangereuse" sous le seuil de 1% l'an.

Lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion mensuelle du Conseil des gouverneurs consacrée à la politique monétaire, le président de la BCE Mario Draghi a déclaré que la zone euro pourrait connaître une longue phase de faible inflation avant une retour graduel à son objectif d'une hausse des prix inférieure à, mais proche de 2%.

La BCE, qui avait réduit son principal taux directeur à 0,25% en novembre, a "fortement insisté" sur sa détermination à agir audacieusement si nécessaire pour éviter tout affaiblissement des prix sans évoquer un risque de déflation, terme qu'elle récuse. Elle entend se donner plus de temps pour évaluer les évolutions de l'inflation et du marché monétaire.

"D'un point de vue général, nous restons déterminés à maintenir une politique monétaire très accommodante et à prendre de nouvelles mesures décisives si nécessaire", a dit Draghi.

Il a reconnu que la plus grande fermeté de ses propos en la matière que dans le passé illustrait la détermination de la BCE à agir en particulier si les taux d'intérêt à court terme se tendaient trop ou si les anticipations d'inflation de la BCE étaient à nouveau revues à la baisse.

"Actuellement, nous ne voyons pas de déflation", a-t-il souligné tout en ajoutant qu'une longue période de faible inflation pourrait entraîner un biais baissier sur l'activité.

"Dans l'ensemble nous ne voyons pas de déflation au sens de ce que le Japon a pu connaître dans les années 1990."

Le maintien inchangé des taux directeurs était largement attendu malgré le ralentissement de l'inflation à 0,8% sur un an en décembre dans la zone euro après sa légère remontée de novembre, une évolution que Mario Draghi a attribué à un ajustement technique et non récurrent des prix des services en Allemagne.   Suite...

 
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a déclaré que l'institution s'attendait à ce que l'inflation dans la zone euro reste faible pendant un certain temps avant de remonter vers l'objectif qu'elle s'est fixé. /Photo prise le 9 janvier 2014/REUTERS/Ralph Orlowski