Démentis quant à un changement de cap de François Hollande

lundi 6 janvier 2014 08h24
 

PARIS (Reuters) - Il n'y a pas, de la part de François Hollande, de changement de cap ou de politique mais une "accélération", a déclaré dimanche le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, après les ouvertures du chef de l'Etat à l'adresse des entreprises en ce début 2014.

Son collègue François Lamy avait écarté auparavant l'idée d'un "tournant social-libéral", à l'orée d'une année placée par le président sous le signe de la réduction du coût du travail et des dépenses publiques pour relancer l'emploi et l'économie.

"Il ne s'agit pas d'un changement de cap, il ne s'agit pas d'une nouvelle politique, il ne s'agit pas d'un tournant, il s'agit d'un approfondissement et d'une accélération" de la politique conduite jusqu'à présent par le gouvernement, a dit Bernard Cazeneuve lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Lors de ses voeux aux Français, le 31 décembre, François Hollande a proposé, au risque de froisser l'aile gauche de sa majorité, de conclure un "pacte de responsabilité" avec les chefs d'entreprise : réduction des charges et simplification administrative contre embauches et relance des investissements.

Selon Bernard Cazeneuve, cela prendra notamment la forme d'une "consolidation" du crédit d'impôt compétitivité-emploi (Cice), pleinement en vigueur depuis le 1er janvier, et d'une "modernisation de la fiscalité des entreprises", qui sera l'objet d'assises spécifiques lancées ce mois-ci.

"Il y a à peu près 150 petites taxes dont les entreprises sont redevables, qui représentent des montants (...) très faibles", a expliqué à titre d'exemple le ministre du Budget, qui en a demandé un inventaire à ses services.

RÉDUIRE LES DÉFICITS POUR BAISSER LES IMPÔTS

"Ça ne sera pas pour les finances publiques une difficulté considérable et, en même temps, pour les entreprises, ça peut être un élément extraordinaire de simplification", a-t-il ajouté. "Je vais faire des propositions concrètes au Premier ministre et au président de la République."

Il a également dit que le gouvernement entendait transférer une partie des cotisations familiales pour compenser la hausse des cotisations retraites et a confirmé que son objectif était de réduire le taux des prélèvements obligatoires à 45,8% du PIB à l'horizon 2017, au lieu de 46,3% en 2013.   Suite...

 
Il n'y a pas, de la part de François Hollande, de changement de cap ou de politique mais une "accélération", estime le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, après les ouvertures du chef de l'Etat à l'adresse des entreprises en ce début 2014. Son collègue François Lamy a pour sa part écarté l'idée d'un "tournant social-libéral", à l'orée d'une année placée par le président sous le signe de la réduction du coût du travail et des dépenses publiques pour relancer l'emploi et l'économie. /Photo prise le 29 décembre 2013/REUTERS/Kenzo Tribouillard/Pool