Fiat promet de rester en Italie

dimanche 5 janvier 2014 15h26
 

MILAN (Reuters) - Fiat a donné au gouvernement italien l'assurance qu'il continuera d'investir dans ses usines italiennes et maintiendra une forte présence dans le pays qui l'a vu naître il y a 115 ans, a déclaré dimanche le ministre de l'Industrie Flavio Zanonato.

Annoncé le 1er janvier, le rachat par le groupe industriel italien de la totalité de l'américain Chrysler a ravivé les inquiétudes sur la présence et l'engagement du groupe turinois en Italie.

Dans un entretien accordé au journal Il Sole 24 Ore, Flavio Zanonato - qui par le passé avait exhorté Fiat à "rester en Italie" - a révélé qu'il rencontrerait ce mois-ci Sergio Marchionne, le patron de Fiat, pour faire le point sur la situation.

"Lors d'une conversation téléphonique jeudi, il a exprimé son intention de maintenir des racines fortes en Italie", a dit la ministre. "Il a confirmé qu'il avait en tête un renforcement dans notre pays. Fiat prévoit déjà d'accroître les efforts portés sur les nouveaux modèles produits en Italie."

Flavio Zanonato, écartant les inquiétudes des syndicats, a assuré que le mariage de Fiat et de Chrysler - qui permettra de regrouper les technologies, les réseaux de distribution et les liquidités des deux constructeurs - ne pouvait être que positif pour l'Italie.

"Comment un pays pourrait-il ne pas être satisfait d'un accord (...) qui ouvre de nouvelles perspectives à l'étranger ? Le développement du réseau étranger est un choix intelligent", a-t-il poursuivi.

Fiat doit présenter en avril un nouveau plan industriel qui détaillera sa stratégie.

Flavio Zanonato a par ailleurs indiqué qu'il recevrait le 10 janvier des représentants du secteur automobile pour discuter de possibles mesures de soutien au marché italien, tombé à son plus bas niveau depuis les années 1970.

Agnieszka Flak, Véronique Tison pour le service français

 
Fiat a donné au gouvernement italien l'assurance qu'il continuera d'investir dans ses usines italiennes et maintiendra une forte présence dans le pays qui l'a vu naître il y a 115 ans, a déclaré dimanche le ministre de l'Industrie Flavio Zanonato. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse