Wall Street finit sans grand changement après Bernanke

vendredi 3 janvier 2014 22h48
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini sans grand changement vendredi après les pertes accusées la veille lors de la première séance de 2014, dans un marché étroit en l'absence de nombreux opérateurs, en vacances pour les uns, empêchés par la neige pour les autres.

L'état d'urgence a été décrété dans les Etats de New York et du New Jersey, sur la côte Est des Etats-Unis balayée par une tempête de neige et un froid polaire qui ont provoqué l'annulation ou le retard de milliers de vols.

L'attention des investisseurs actifs ce vendredi s'est focalisée sur les interventions publiques de plusieurs responsables de la Réserve fédérale -dont celle de son président Ben Bernanke- qui ont soulevé la question du rythme de réduction du programme de rachats d'actifs de la banque.

Dans ce qui pourrait être son dernier discours en tant que président de la Fed, Ben Bernanke a déclaré que la banque centrale n'était pas moins engagée à mener une politique très accommodante depuis qu'elle a légèrement réduit le rythme de son programme d'achats d'obligations en décembre.

Jeffrey Lacker, président de la Fed de Richmond, a annoncé que de nouvelles réductions des achats d'obligations seraient envisagées aux prochaines réunions de la banque centrale.

L'indice Dow Jones a fini en hausse de 28,64 points, soit 0,17%, à 16.469,99 points. Le S&P-500, plus large, a terminé virtuellement inchangé, cédant 0,61 point, soit 0,03%, à 1.831,37 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 11,16 points (-0,27%) à 4.131,91 points.

La veille, les indices avaient fini la première séance de l'année sur des reculs de 0,8% à 0,9%, victimes d'un courant de prises de profits malgré de bons indicateurs économiques.

"Après la secousse de la première séance, le marché se stabilise", dit Andre Bakhos de Janlyn Capital LLC à Bernardsville, dans l'Etat du New Jersey. "Une partie des investisseurs voient le repli d'hier comme une occasion d'entrer sur le marché d'actions à bon prix."   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS