La Fed reste engagée à soutenir la croissance, dit Bernanke

samedi 4 janvier 2014 12h14
 

par Jonathan Spicer et Jason Lange

PHILADELPHIE (Reuters) - La Réserve fédérale américaine n'est pas moins engagée à mener une politique très accommodante depuis qu'elle a légèrement réduit le rythme de son programme d'achats d'obligations, a déclaré vendredi Ben Bernanke dans ce qui pourrait être son dernier discours en tant que président de la Fed.

Ben Bernanke, dont le second mandat prendra fin le 31 janvier, a donné une évaluation positive de l'économie américaine pour les trimestres à venir. Mais il a tempéré ses propos optimistes en répétant que la reprise globale "reste clairement inachevée" aux Etats-Unis.

La Fed a annoncé le mois dernier un ralentissement de son programme de rachats d'actifs - de 85 à 75 milliards de dollars par mois - tout en compensant cette mesure attendue de longue date en laissant entendre qu'elle maintiendrait ses taux directeurs à un bas niveau pendant une période plus longue qu'elle ne s'y était précédemment engagée.

Cette décision "n'indique pas une baisse de l'engagement (de la Fed) à maintenir une politique monétaire très accommodante aussi longtemps que nous en aurons besoin", a dit Ben Bernanke lors d'un forum organisé par l'American Economic Association dans la ville de Philadelphie.

"Cela reflétait plutôt les progrès que nous avons accomplis vers l'objectif d'amélioration substantielle du marché de l'emploi que nous nous sommes fixé lorsque nous avons entamé le programme actuel de rachats en septembre 2012", selon le texte de son discours préparé pour ce forum.

Pour contribuer au redressement de l'économie américaine après la profonde récession de 2007-2009, la Fed a maintenu ses taux d'intérêt près de zéro depuis fin 2008. Elle a également multiplié par quatre son bilan à environ 4.000 milliards de dollars (2.950 milliards d'euros) via la mise en oeuvre de trois cycles de programmes ambitieux de rachats d'actifs destinés à contenir le coût de crédit à plus long terme.

Ces injections massives de liquidités de la banque centrale ont déclenché le rebond de Wall Street à des records historiques et déclenché de fortes fluctuations sur le marché des changes.

Pour l'avenir, Ben Bernanke a indiqué que la banque centrale disposait d'instruments - y compris l'ajustement des taux sur les réserves excédentaires des banques et les opérations inverses de prises en pension - afin de revenir à une politique monétaire plus classique sans recourir à des reventes d'actifs.   Suite...

 
La Réserve fédérale américaine n'est pas moins engagée à mener une politique très accommodante depuis qu'elle a légèrement réduit le rythme de son programme d'achats d'obligations, a déclaré vendredi Ben Bernanke dans ce qui pourrait être son dernier discours en tant que président de la Fed. /Photo prise le 18 décembre 2013/REUTERS/Jonathan Ernst