Les Bourses européennes cèdent du terrain, Paris perd 1,60%

jeudi 2 janvier 2014 18h16
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont cédé du terrain jeudi, premier jour de l'année boursière, les investisseurs prétextant d'une activité industrielle décevante en Chine et en France le mois dernier pour encaisser une partie des belles plus-values réalisées l'an dernier.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a terminé la journée en repli de 0,77% à 1.306,27 points et l'EuroStoxx 50 a perdu 1,58% à 3.059,93. A Paris, le CAC 40 a cédé 1,6% à 4.227,28; le Dax allemand a abandonné 1,59% à 9.400,04 et le FTSE 100 britannique 0,46% à 6.717,91.

"Il s'agit d'une vague de prises de bénéfices, un retour à la réalité après le 'rally' de fin d'année", dit l'analyste de FXCM Nicolas Cheron.

Malgré une série d'indicateurs américains et européens globalement positifs, les investisseurs ont focalisé leur attention sur les mauvaises nouvelles: le ralentissement de la croissance manufacturière en Chine, à son plus bas niveau en trois mois, et la contraction en France.

En revanche, l'activité manufacturière en zone euro a progressé à son rythme le plus élevé en plus de deux ans et demi et les indicateurs américains publiés ce jour reflètent dans l'ensemble une poursuite de la reprise.

Les "utilities" ont figuré parmi les plus fortes baisses du jour, l'indice sectoriel Stoxx abandonnant 1,38% et l'allemand RWE 3,61%. Le PMI chinois a aussi pénalisé les valeurs des ressources de base, dont l'indice a perdu 0,77%.

A la hausse, l'action du constructeur italien Fiat a grimpé de 16,4% contre la tendance dans des volumes plus de cinq fois supérieurs à la moyenne quotidienne, après l'annonce du rachat du solde de Chrysler.

A Paris, PSA Peugeot-Citroën a avancé de 2,54% après l'annonce d'un rebond du marché automobile français en décembre. Sa filiale d'équipement automobile Faurecia s'est adjugée 2,02%.

Sur le marché des changes, le dollar est en passe d'enregistrer sa plus forte hausse quotidienne en cinq mois face à un panier de devises de référence après les indicateurs américains du jour qui, aux yeux des investisseurs, plaident en faveur d'une réduction des achats d'obligations de la Réserve fédérale. L'euro est ainsi revenu sous 1,37 dollar.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES